Le POP ART révélé à une non-voyante

Grâce à l’initiative et à la curiosité d’un étudiant et à la complicité d’une guide bénévole du Musée des Beaux-Arts de Montréal, je découvre le POP ART lors de l’exposition présentée en 1992-1993. Comme la visite guidée adaptée a été enregistrée, je vous propose de la parcourir en l’écoutant.

****

Le POP ART révélé à une non-voyante

À l’automne 1992, le Musée des Beaux-Arts de Montréal présente une exposition sur le POP ART.

C’est à cette époque qu’un étudiant de l’Université du Québec à Montréal fait le projet d’accompagner une personne aveugle lors d’une visite de cette exposition. Avec l’accord du Musée et la complicité d’une guide bénévole, Madame Jacqueline Verly, cette visite a non seulement eu lieu mais a également été enregistrée pour les besoins de l’étudiant. Dans le document audio remis et accessible ici des interludes musicaux ponctuent chacune des descriptions.

L’initiateur du projet et moi-même avons eu l’immense plaisir de parcourir cette exposition pilotés par Madame Verly qui n’en est pas à ses débuts dans la description de tableaux pour les personnes non-voyantes passionnées par l’art visuel. Elle a le regard aiguisé, le souci du détail et de la précision, les mots justes et la patience pour me permettre d’entrer en contact avec les oeuvres. Elle croit que l’art visuel peut être donné à voir aux non-voyants, voilà pourquoi elle s’implique et défend ses convictions.

C’est grâce à ces complicités que je vous invite à écouter les descriptions et nos échanges pendant une partie de la visite.

Il y a des décennies que je tente de vivre de telles expériences. Malheureusement, trop souvent, on se heurte à de grandes résistances que je résumerais ainsi:

– Le visuel n’est pas l’affaire des non-voyants: ils ne voient pas, donc, ça ne les concerne pas, ça ne les intéresse pas;

– Encore une fois, on décide pour eux, on ne les consulte pas, on ne réfléchit pas à d’autres chemins et modes de perception et de représentation, on ne se questionne pas sur le plaisir et l’enrichissement que le contact avec l’univers visuel peuvent leur apporter, on ne les invite pas, on ne les encourage pas à franchir des barrières que l’on emplifie d’ailleurs, on ne leur offre pas l’occasion de découvrir de nouveaux horizons. En somme, on les oublie.

Dans ce climat général, la contribution de Madame Jacqueline Verly est imparable. Je lui dis toute ma reconnaissance et mon appréciation. C’est grâce à un tel accueil que les espoirs sont permis.

J’ai souhaité que son geste fasse école. Il l’a d’ailleurs fait au Musée des Beaux-Arts de Montréal puisque, en 2015, l’institution a mis sur pied des visites guidées mensuelles spécifiquement adaptées pour les non-voyants. Reste à espérer que cette initiative se consolidera.

Voir les articles suivants :

Le Musée des Beaux-Arts de Montréal innove

Les handicapés visuels et les expositions d’art

Pourquoi fréquenter les musées?

Le Musée des Beaux-Arts de Montréal nous accueille

Le mot « voir » serait une hérésie pour qui ne voit pas?

Cette visite guidée adaptée de l’exposition, LE POP ART a été passionnante pour moi.  L’écouter peut constituer une expérience intéressante pour les non-voyants et les malvoyants et sans doute inédite pour vous, les voyants.

Article non publié

****

Référence :

Musée des  Beaux-Arts de Montréal / Exposition LE POP ART / 23 octobre 1992 au 24 janvier 1993

(Les archives en ligne sur le site du Musée des Beaux-Arts de Montréal ne remontent pas plus loin que 1999)

****

Bernard Lévy / Pop Art les images d’une génération / Vie des Arts, vol. 37, numéro 149, hiver 1992-1993. Disponible sur le site Érudit depuis avril 2010.

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.