Regards tactiles – Visite virtuelle d’une galerie d’art avec audiodescription

Présentation du projet de l’Association Valentin Haüy qui a initié sur Youtube, la diffusion d’oeuvres d’art audiodécrites. Les oeuvres sont accessibles et sont identifiées. Les liens pour y avoir accès y sont associés.

***

Regards tactiles – Visite virtuelle d’une galerie d’art avec audiodescription

L’Association Valentin Haüy (AVH) a initié un projet d’audiodescription consacré à la découverte d’oeuvres d’art prioritairement pour les personnes vivant avec une déficience visuelle sévère. Ce projet a pour nom: Regards tactiles. 

Mais qu’est-ce donc que l’audiodescription? L’AVH l’explique comme suit:

«L’audiovision ou audiodescription est un ensemble de techniques qui permettent de rendre des films, des spectacles ou des expositions, accessibles aux personnes déficientes visuelles grâce à un texte en voix-off qui décrit les éléments visuels de l’œuvre. La voix de la description est placée entre les dialogues ou les éléments sonores importants afin de ne pas nuire à l’œuvre originale. Elle décrit les éléments purement visuels : actions, mouvements, expressions, décors, costumes… (…) L’audiovision est un travail de création à part entière, puisqu’il s’agit d’écrire un texte inédit en vue de transmettre un message et provoquer une émotion. L’association Valentin Haüy fut en France en 1989 l’une des pionnières dans ce domaine. (…). La technique de l’audiovision a atteint aujourd’hui un haut niveau de qualité, (…)».

Et pourquoi nommer ce projet, pensé pour les mal-voyants et les non-voyants, Regards tactiles? L’AVH ne l’explique pas, mais voici comment j’interprète cette appellation.

Aussi paradoxale que puisse paraître cette expression qui conjugue deux sens trop souvent opposés, la vue et le toucher, elle m’inspire car elle conjugue deux modes de perception qui se complémentent, s’élargissent et s’enrichissent mutuellement. Elle suggère d’aller au-delà du sens premier des mots et des définitions.

Le mot «regard» implique automatiquement la mise en action de l’oeil. C’est une perception visuelle au premier degré. Mais voir, c’est aussi percevoir, s’approprier, se représenter, intérioriser.

Parallèlement, le «tactile», («le toucher») implique spontanément le geste physique de contact avec quelque chose de tangible, de sensible: toucher pour sentir, pour découvrir, mais aussi pour voir. Or, ne sommes-nous pas très souvent «touchés» par des expériences non tangibles?

En approfondissant le sens et la portée de «regard» et de «tactile», on peut pénétrer dans un univers d’intériorisation où le perçu par l’un ou l’autre des canaux sensoriels rejoint et «touche» l’émotivité.

Ainsi considéré, le nom donné au projet de l’AVH qui propose des oeuvres d’art audiodécrites: Regards tactiles, va bien au-delà du jeu de mots ou de paradoxes. La parole qui permet à l’auditeur de s’approprier l’oeuvre, de l’intérioriser, de la recréer mentalement, donne à voir et engendre ainsi un «regard» qui, à son tour, «touche» et suscite l’émotion.

Une telle initiative permet d’aborder des univers par des voies peu fréquentées, rarement imaginées et généralement incomprises, mais elle offre aux déficients visuels une richesse culturelle et émotive qui leur est généralement inaccessible. De ce fait, ils s’en sentent trop souvent exclus.

Si tout individu a avantage et besoin de meubler sa bibliothèque et son imagerie mentales, cela est d’autant plus nécessaire et impérieux même pour les gens à la vision réduite ou inopérante.

Le projet de l’AVH, Regards tactiles, qui présente sur youtube des oeuvres d’art en audiodescription est une initiative que je salue et que je recommande. Il n’y a qu’à cliquer sur chacun des liens de la liste ci-dessous présentée pour visiter cette galerie originale.

La sélection et le traitement des oeuvres choisies sont fort variés. La scénarisation de l’audiodescription contribue au dynamisme des découvertes et propose une approche différente de celle vécue lors des visites guidées dans trop peu de musées. Il faut souhaiter et même demander que cette galerie continue de s’enrichir.

Au fil de ces descriptions, nous expérimentons le degré de précision du message et l’efficacité du processus de communication. Nous découvrons les forces et les faiblesses de la démarche d’accès à l’image par la parole minutieusement sélectionnée. En somme, nous avons accès aux oeuvres grâce à la reconstruction mentale qui nous est ainsi permise. Nous avons le plaisir de nous les approprier.

Voici la liste des 16 oeuvres audiodécrites. Il n’y a qu’à cliquer sur le titre de chaque oeuvre pour y avoir accès verbalement.

  1. Audiodescription de l’oeuvre «La défense de Paris»
  2. Audiodescription de «L’Équipe de Cardiff» de Robert Delaunay
  3. Audiodescription de l’oeuvre «Sainte Geneviève, patronne de Paris devant l’Hôtel de Ville»
  4. Audiodescription de «Silhouettes» de Gustave Janet au Palais Galliera
  5. Audiodescription de «Quasimodo sonneur», Illustration pour Notre-Dame de Paris de Victor HUGO.
  6. Audiodescription du tableau «Miranda fait une partie d’échecs avec Ferdinand» (Gillot Saint-d’Evre)
  7. Audiodescription du tableau «Le Repos des nymphes au retour de la chasse»
  8. Audiodescription de l’étude de tête d’Honoré de Balzac par Auguste Rodin
  9. Audiodescription du portrait présumé de Marie Emilie Baudouin, fille du peintre François Boucher
  10. Audiodescription de «Odalisque au fauteuil» d’Henri Matisse
  11. Audiodescription d’Autoportrait dans l’atelier d’Antoine Bourdelle
  12. Audiodescriptionn du Bouddha Bodhisattva Avalokitesvara Ming
  13. Audiodescription du dessin de collection «robe 27» de la Maison Grès
  14. Audiodescription du dessin «Métamorphose» d’Ossip Zadkine
  15. Audiodescription de l’illustration pour «Voyage d’un lion d’Afrique à Paris»
  16. Audiodescription de l’oeuvre «Recueil des traditions de jadis et naguère (Kokon chomon juˉ)»

***

Article non publié

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.