Nazareth, foyer de musique

Une étudiante rend hommage à l’Institut Nazareth lors du centième anniversaire de la fondation de l’institution. «O Nazareth, Toi qui vois grandir Musiciens et poètes, Que faut-il pour réussir? Oui, que faut-il pour réussir?» Les éléments de réflexion ont été glanés dans les archives de l’institution.

***

Nazareth, foyer de musique

O Nazareth,
Toi qui vois grandir
Musiciens et poètes,
Que faut-il pour réussir?
Oui, que faut-il pour réussir?

Pour l’apprendre et le comprendre, rien de mieux que de feuilleter les albums dont tu te glorifies, cher Nazareth. Ces pages nous parlent de personnes illustres qui ont façonné ta gloire. Maintenant elles continuent de la chanter en paradis; elles nous parlent aussi de celles qui ne cessent de l’enrichir, par leur exemple vivant, comme une prédication perpétuelle à la génération présente.

Dans ton ciel, O Nazareth, scintillent déjà de nombreuses étoiles. pour n’en désigner que quelques-unes.

Voici d’abord Monsieur Gabriel Cusson. Après avoir étudié pendant plusieurs années entre tes murs, il devient bachelier de l’Université de Montréal, gagnant du prix d’Europe en 1924 et licencié de l’École normale de Paris; maintenant, il fait surtout de l’enseignement dans d’importantes institutions de musique.

En voici une autre: Monsieur Paul Doyon. Il est un virtuose international du piano et de l’orgue, contemporain de Monsieur Cusson, il détient le prix d’Europe 1925, pour devenir licencié de l’École normale de Paris et docteur « honoris causa » de l’Université de Montréal. Ses tournées régulières de concerts n’ont cessé d’accroître sa gloire et de confirmer ses talents.

Ta constellation artistique, outre ces deux grands noms, compte celui de Monsieur Alfred Lamoureux, – de regrettée mémoire depuis 1954 –  éminent professeur et pédagogue et lui aussi, docteur « honoris causa » de l’Université de Montréal. Monsieur Conrad Letendre, professeur a la Faculté de musique de l’Université de Montréal, Monsieur Armand Pellerin, organiste à la paroisse Sainte-Cécile, qu’une mort récente vient de te ravir. Mesdemoiselles Marie Pruneau, Marie Bailly et Fernande Tremblay, toutes trois d’excellentes institutrices à leur Alma Mater ont scintillé de compétence au firmament de l’éducation.

Que le divin Astrologue vous révèle, chers lecteurs, par l’intermédiaire de gens plus qualifiés que moi, les noms et les richesses des étoiles qui échappent à la nomenclature précitée!

Toi, Nazareth, qui contemple avec bonheur ces lumières de ta voûte musicale, combien toutes te sont-elles redevables? Outre la pratique des instruments les plus divers, n’est-ce pas par l’enseignement de la théorie, du solfège, de l’histoire, de l’analyse, de l’harmonie, du contrepoint, de la fugue, de la composition que tu as préparé et que tu prépares encore des artistes complets?

Et ton affiliation à l’Université de Montréal en 1917, quel privilège pour tous les élèves qui passent sous ta direction! Tu as toujours eu le souci de faire distribuer ces connaissances par des professeurs de haute compétence et animés d’un vif intérêt pour l’œuvre grandiose que tu poursuis! Messieurs Arthur Letondal, Camille Couture, Gabriel Cusson, Alfred Lamoureux, Armand Pellerin et nombre de tes élèves qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pendants plusieurs années pour instruire les jeunes… Actuellement, des personnalités telles que Madame Gilberte Martin De Bellefeuille, Mesdemoiselles Raymonde Martin, Marthe Létourneau, Jeannine Vanier, Messieurs Jules Payment, Georges Lindsay, François Morel, secondés par des aveugles possédant de grandes capacités et dirigés par des chères Sœurs Grises, collaborent admirablement à notre culture musicale. Oh! non, tu n’épargne rien pour nous préparer a la vie et pour nous orienter dans le coin de ton ciel où Dieu veut nous voir briller!

Après avoir feuilleté rapidement tes albums, cher Nazareth, nous comprenons maintenant ta légitime fierté et nous la partageons. Dieu veuille que sur les pages blanches qui suivent, s’inscrivent d’autres noms qui te feront honneur et qui rayonneront l’éducation générale et la formation artistique que tu leur auras inculquées avec si grand soin.

Nicole Trudeau, élève de 11e année à l’Institut Nazareth

—-

Article publié dans :

L’Action Typhlophile canadienne / Numéro souvenir présenté par la Société amicale des aveugles en hommage à l’Institut Nazareth à l’occasion de son centenaire novembre 1961 (édition en braille.) / Nicole Trudeau / Nazareth, foyer de musique.

Sur des sujets apparentés :

Institut Nazareth

Alfred Lamoureux

Jeannine Vanier

Gilberte Martin

Institut Nazareth Encyclopédie de la musique au Canada

Des modèles à connaître et à apprécier

La musique au fil des années

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *