Gilberte Martin

M. de Bellefeuille, née Gilberte Martin, pianiste formée à Montréal et à Paris, concertiste, professeur et administratrice au Conservatoire de musique de Montréal, entre autres, très impliquée dans la vie musicale, est présentée ainsi par l’Encyclopédie de la musique au Canada.

***

Gilberte Martin

(m. De Bellefeuille), Gilberte Martin

Pianiste, professeur, administratrice (Montréal, 22 mai 1910). Elle étudia le piano avec Arthur Letondal et l’harmonie avec Georges-Émile Tanguay (1914-30). Gagnante de nombreux prix, bourses et diplômes, elle remporta le Prix d’Europe en 1930. À l’École normale de musique de Paris, elle étudia le piano avec Mme Bascourret de Gueraldi et obtint un prix de virtuosité. Alfred Cortot, Lazare Lévy et Maurice Amour lui enseignèrent également. En 1932, elle fut la première femme canadienne admise comme élève régulière au Conservatoire de Paris, où elle fut inscrite dans la classe de fugue de Georges Caussade. Elle donna de nombreux récitals puis rentra à Montréal en 1934. Soliste de l’orchestre des Concert symphonique de Montréal dans la Symphonie sur un chant montagnard français de Vincent d’Indy (1935) et le Concerto de Giovanni Sgambati (1937), elle se produisit en récital et à la radio. Elle enseigna le piano, le solfège et l’harmonie au Conservatoire de musique du Québec à Montréal (1943-69), y devenant ensuite professeur délégué auprès de la direction (1969-71) puis directrice. adjointe et directrice intérimaire (1971-74). Elle enseigna également à l’Institut Nazareth (1955-65). Ses activités parapédagogiques sont nombreuses: jurys d’examens, élaboration de programmes d’études et d’examens au Conservatoire de musique du Québec à Montréal, à l’Académie de musique du Québec, à  des festivals-concours, etc. À la suite d’un de ses récitals à Paris, le Monde musical écrivait: «L’une des meilleures pianistes canadiennes. En elle, on reconnaît une grande sensibilité jointe à un jeu sobre et sans défaillance.»

ÉCRITS 

Doigtés pour les gammes en doubles-tierces et en doubles-sixtes et pour les arpèges de trois et quatre sons  (Montréal 1943)

Nicole Trudeau

—-

Note:  

Les termes en caractères gras dans le texte ont une entrée dans l’édition imprimée de 1983 et dans l’édition en ligne de l’Encyclopédie de la musique au Canada.

Article publié dans : 

Encyclopédie de la musique au Canada / Helmut Kallmann, Gilles Potvin, Kenneth Winters / Éditions Fides / 1983, p. 619; 1993, vol. 2 p. 2050 / Nicole Trudeau / (m. De Bellefeuille), Gilberte Martin.

Encyclopédie de la musique au Canada (en ligne)

Sur des sujets apparentés : 

Des modèles à connaître et à apprécier

Institut Nazareth

Nazareth, foyer de musique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *