La normalisation du braille au Québec à la lumière des faits

En une vingtaine d’années, le travail de normalisation du braille au Québec a été des plus fructueux. Les six ouvrages spécialisés présentés constituent une somme qui offre aux utilisateurs du braille des moyens pour accéder à des champs de connaissances les plus diversifiés.  Des annexes font foi de la démarche.

***

La normalisation du braille au Québec à la lumière des faits

Remettre les pas dans chacune des traces laissées par l’évolution du dossier de la normalisation du braille au Québec serait un projet intéressant à réaliser. Mais, aujourd’hui tel n’est pas l’objectif visé. Ce qui est souhaité, c’est de témoigner, à l’aide de quelques documents produits au cours des vingt dernières années, par des groupes ou comités de travail, de jalons éloquents qui marquent le parcours d’une volonté tangible de fournir à ceux qui communiquent par le braille des outils de plus en plus précis dans des contextes d’intégration scolaire, professionnelle et sociale.

Il y a environ 30 ans que le Québec a adhéré à la philosophie de l’intégration des personnes handicapées dans la société (OPHQ).

Cette philosophie a ses exigences. Progressivement, cela a été compris, entre autres, par le milieu des non-voyants. Pour ne parler que du braille, se sont imposés:

    • le besoin d’harmonisation des façons de faire pour la production des documents en braille;
    • la nécessité pour la personne aveugle d’avoir accès à l’information le plus prêt possible du document en imprimé utilisé par son environnement immédiat.

Les organismes et institutions impliqués dans la déficience visuelle ont tous mis «l’épaule à la roue» pour mener, en 1989, à la publication d’un premier code en langue française de normalisation du braille: Le Code de transcription de l’imprimé en braille (Voir Annexes 1 et 2).

Cet ouvrage a fait l’objet d’un lancement officiel le 11 mai 1990 à l’Institut Nazareth et Louis-Braille à Longueuil (Voir Annexe 3).

Enfin, le 1er octobre 1991, le Code de transcription de l’imprimé en braille a été officiellement présenté à la francophonie internationale à Paris en présence de la ministre de l’Éducation du Québec d’alors, Madame Lucienne Robillard, et du secrétaire général de l’AVH, Monsieur Louis Cicone (Voir Annexe 4). Cet événement officiel marquait une ouverture à la francophonie et un appel à la collaboration.

À la suite de cette réalisation majeure, le comité de normalisation du braille français en éducation a poursuivi ses activités. Il a défini des champs prioritaires de normalisation. Soutenu par des ressources financières ministérielles, il a confié des mandats thématiques de recherche. Tous les résultats des recherches ont été présentés, discutés et votés lors des réunions du comité dont les membres représentaient une panoplie d’institutions et de fonctions dans les milieux de la non-voyance au Québec et aussi au Canada.

C’est au sein de ce comité interministériel qu’ont été présenté, débattu et adopté le contenu de chacun des documents de normalisation publiés par le Gouvernement du Québec sur recommandation dudit comité.

Les travaux du comité ont permis la publication de cinq codes de normalisation du braille et d’un document sur les abréviations braille. (Voir Annexes 5 à 9).

Les six ouvrages, identifiés en annexes, font partie du catalogue de la Bibliothèque nationale du Québec. De plus, trois des cinq codes peuvent être consultés sur le site internet du ministère de l’Éducation.(1)

Le dernier renouvellement du mandat du comité sur la normalisation du braille français en éducation date de 2000 et le financement de la recherche a permis de poursuivre le travail sur la normalisation du graphisme tactile jusqu’à 2005 (Voir Annexes 10, 11, 12 et 13).

En une vingtaine d’années, le travail de normalisation du braille au Québec a été des plus fructueux. Les six ouvrages spécialisés présentés constituent une somme qui offre aux utilisateurs du braille des moyens pour accéder à des champs de connaissances les plus diversifiés. Bien informé, le milieu de la déficience visuelle, au Québec d’abord, prendra conscience de l’ampleur des ressources dont il dispose et de la rigueur des recherches et des consultations qui y ont mené.

L’ouverture aux autres, la concertation, la recherche de démarches communes n’ont jamais été reniées par toutes les personnes impliquées dans de telles réalisations. Au contraire, elles y ont contribué depuis le début du projet de normalisation du braille (voir annexe 14).

Toute la démarche de normalisation (du braille, puis du graphisme tactile) au Québec a été inscrite dans un contexte de recherche et de validation par les pairs. Généraliser la normalisation au-delà des frontières, c’est progresser dans la démarche en gardant le cap. Si l’objectif de normalisation devient un objet de négociation, on change de cap.

Faire d’un ensemble de codes l’enjeu d’une négociation, alors que les vis-à-vis ne déposent pas l’équivalent sur la table, c’est faire table rase. C’est s’exposer à se saborder soi-même; à renier des acquis; à renoncer à la cohérence; à créer de la confusion; à douter du potentiel du non-voyant.

Ne vaudrait-il pas mieux consolider les liens pour aller de l’avant, pour enrichir le travail en conjuguant tous les potentiels?

Est-ce que le vieux dicton «diviser pour régner» serait à nos portes?

Souhaitons-nous de plus nobles visions.

Nicole Trudeau Ph.D.
chercheure invitée
domaine de recherche: Le graphisme tactile – sa normalisation
champ spécifique de recherche: L’analyse de l’image visuelle
Université de Montréal
Juin 2007

—-

Note :

(1)  En 2016, ces codes ne se retrouvent plus sur le site du ministère de l’Éducation du Gouvernement du Québec.

—–

Document déposé par Nicole Trudeau Ph.D. au Forum citoyen sur l’avenir du braille convoqué par le Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM) le 8 décembre 2007.

Ce document n’a pas été publié mais a largement été diffusé auprès des institutions et des individus  ainsi que sur le site Le typhlophile

—-

Liste des Annexes

Annexe 1

 SOURCE :

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA SCIENCE / DIRECTION GÉNÉRALE DE L’ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE UNIVERSITAIRES / COMITÉ CONSULTATIF SUR LES NORMES DU BRAILLE LITTÉRAIRE / COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE TENUE LES 12 ET 29 SEPTEMBRE 1988, UQUAM.

Claude Châtelain, Secrétaire

« (…) André Vincent propose que le comité identifie le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Science comme instance qui sera responsable de la réalisation et de la publication du premier tome des normes relatives au braille littéraire, comportant les travaux des 11 fascicules déjà adoptés. La proposition est appuyée par Pierre Ferland.

(…)

 la proposition est adoptée à l’unanimité» (…)

« (…) Sont présents :

Brûlé, Michelle (RAAQ)
Châtelain, Claude (INLB)
Chelin, Jacques (AQPEHV)
Côté, Jacques (CSR Charlesbourg)
Ferland, Pierre (ATTBQ)
Galarneau, Jean (SCBCG)
Larose, Jacques (CSR Chambly)
Leclerc, Chantal (MESS enseignement collégial)*
Pelchat, Yvan (MESS enseignement supérieur)
Roy, Suzanne (CECM)
Trudeau, Nicole (CSR Chambly)
Vincent, André (INLB)

Sont absents :

Dassylva, Pierre (MEQ DASSC)
Dubuisson, Collette (UQOAM GMRAPO)
Filiatreault, Adrien (SCBCG)
Morin, Claude (ATTBQ)
Jacques Chelin était absent le 12,
Jacques Larose était absent le 29.
Chantal Leclerc remplace dorénavant Pierre Martin.
Claude Morin se fait remplacer par Pierre Ferland. »

—–

Annexe 2

 SOURCE :

Code de transcription de l’imprimé en braille, première édition 1989

Page titre du Code de transcription de l’imprimé en braille, première édition 1989.

 

Verso de la page titre

 

 

 

Liste des membres du comité consultatif

 

Suite de la liste des membres du comité consultatif

 

Annexe 3

 

SOURCES :

1) COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE TENUE LES 10 ET 11 MAI 1990, Place Dupuis, 800, boulevard De Maisonneuve Montréal

 

SONT PRÉSENTS:

BRULÉ, Michèle (RAAQ)
COTÉ, Jacques (CSR Charlesbourg)
DUBUISSON, Collette (UQUAM GMRAPO)
FERLAND, pierre (ATTBQ)
LANDRY, Huguette (Nouveau-Brunswick)
LAROSE, Jacques (CSR Chambly)
LORANGER, Pierre (Ontario)
MONETTE, Lise (INLB)
PELCHAT, Yvan (MESS, Enseignement universitaire)
ROY, Suzanne (CECM)
TRUDEAU, Nicole (CSR Chamb1y)
VINCENT, André (INLB)

 

SONT ABSENTS:

CHELIN, Jacques (AQPEHV)
GALARNEAU, Jean (SCBCG)
KOZAK, Jeannine (Manitoba)
LECLERC, Chantal (MESS, Enseignement collégial)

 

« 4.1.1  (…) Monsieur Jacques Côté (…) a rencontré les membres du Conseil d’administration de l’Office des personnes handicapées du Québec, sur lequel siègent des représentants des ministères des Affaires Culturelles et des Communications, pour leur présenter le CODE DE TRANSCRIPTION DE L’IMPRIMÉ EN BRAILLE. (…) ».

« 4.1.2 PLANIFICATION DU LANCEMENT

Monsieur André Vincent, responsable de l’organisation du lancement, nous informe q’on annoncera, à cette occasion, la création de la base de données Camélia et la publication du CODE DE TRANSCRIPTION DE L’IMPRIMÉ EN BRAILLE. Ensuite, il donne un aperçu du déroulement des activités:

        • Mot de bienvenue de la présidente du conseil d’administration de l’Institut Nazareth et Louis-Braille;
        • Description de la base de données Camélia;
        • Présentation du CODE DE TRANSCRIPTION DE L’IMPRIMÉ EN BRAILLE;
        • Témoignage d’une étudiante de l’école Jacques-Ouellette;
        • ALlocution du sous-ministre de l’Enseignement supérieur et de la Science. « .

2) INFO RAAQ, vol. XII no 4,

Texte de présentation de Nicole Trudeau lors du lancement du Code de transcription de l’imprimé en braille le 11 mai 1990 (extrait).

« (…) Au-delà des composantes fondamentales du système Braille, aucun document de langue française n’avait, avant ce jour, statué sur le traitement du texte imprimé lors de sa transcription en braille. Le Code de transcription de l’imprimé en braille représente donc un produit et un outil novateurs (…)», l’instrument unique de références tant pour les lecteurs du Braille que pour les transcripteurs. (…) »

 

Annexe 4

 SOURCE :

Lancement à Paris du Code de transcription de l’imprimé en braille, tome 1 (pdf, 78 Kb) / TRUDEAU, Nicole, Ph.D., Université du Québec à Montréal (UQAM) / in Info-Doc, Institut Nazareth et Louis-Braille, École Jacques-Ouellette, vol. 6, no 1, 1992, pp. 114-118.

Code de transcription de l’imprimé en braille tome 1 lancement à Paris le 1er octobre 1991.

« (…) Nous sommes heureux de présenter notre contribution à la communauté des handicapés visuels de France et, de façon plus englobante, à la communauté francophone internationale. Nous vous remercions d’accueillir le Code de transcription de l’imprimé en braille dans le plus grand intérêt des personnes pour lesquelles cet ouvrage a été conçu et réalisé. Et, souhaitant ce voeu partagé, nous vous exprimons notre désir de collaborer avec la communauté des handicapés visuels de France dans la poursuite de ce vaste travail de normalisation. »

À la lecture des procès-verbaux des réunions du comité de normalisation du braille français en éducation, on observe que la préoccupation et le souhait d’une telle collaboration reviennnent périodiquement depuis 1985.

—-

Annexe 5

SOURCES :

Code de transcription de l’imprimé en braille , version 1989 et 1996

Page titre du Code de transcription de l'imprimé en braille, édition 1989

 

Verso de la page titre

 Liste des membres du comité consultatif

Suite de la liste des membres du comité consultatif

 

 

Page titre du Code pour la transcription en braille de l’imprimé édition 1996

Verso de la page titre

—-

Annexe 6

 SOURCES :

Code pour la transcription en braille de la notation mathématique (2002)

Page titre du Code pour la transcription en braille de la notation mathématique, édition 2002 Verso de la page titre du Code de la transcription en braille de la notation mathématique édition 2002

—-

Annexe 7

SOURCE :

Code pour la transcription en braille  de la notation informatique (1997)page titre  

CODE POUR LA TRANSCRIPTION EN BRAILLE DE LA NOTATION INFORMATIQUE

Traduction et adaptation du Code for Computer Braille Notation,

adopté par The Braille Authority

le 1er mai 1987

Comité de normalisation du braille français en éducation

 

 Direction des affaires académiques universitaires

Le présent ouvrage a été réalisé sous la direction de M. Jean Galarneau à la demande du ministère de l’Éducation.  Cette troisième édition donne suite à la deuxième, révisée et adaptée par M. Pierre Ferland et publiée en 1991 sous la direction de M. André Vincent de l’Institut Nazareth et Louis-Braille.  La deuxième édition s’intitulait Code pour la notation informatique en braille.

De plus, rappelons que la première édition fut publiée par la Direction générale de l’enseignement et de la recherche universitaires du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Science et de la Technologie, en 1985.  Intitulé Notation informatique en code braille, l’ouvrage est la version traduite et adaptée de Code for Computer Braille Notation.  Les Services Converto-Braille et Éditions Braille du Québec ont contribué à la rédaction faite par M. Paul-Henri Buteau.

 Conception
Pierre Ferland

Rédaction
Jean Galarneau

Collaboration à la rédaction
Johanne Millette

Révision du texte
Charlotte Laberge

Pour se procurer cet ouvrage en imprimé ou en braille, on voudra bien communiquer avec :

Braille Jymico inc.
110, 51e Rue Est
Charlesbourg (Québec)  G1H 2J9
Téléphone : (418) 624-2105
Télécopieur : (418) 624-0994
Internet :  www.braillejymico.com

© Gouvernement du Québec Ministère de l’Éducation, 1997 Troisième édition revue et corrigée
ISBN 2-550-31393-3
Dépôt légal – Bibliothèque nationale du Québec, 1997

 

—-

Annexe 8

SOURCE :

Code pour la transcription en braille de la notation de la chimie (2002)  – page titre

 Page titre du Code pour la transcription en braille de la notation de la chimie, édition 2002

Verso de la page titre

—-

Annexe 9

SOURCE :
Comité de normalisation du braille français en éducation Procès-verbal de la réunion des 30 et 31 mai 1996 (extraits).

 Au point 7 : « Révision de l’abrégé orthographique français

Yvan Bourdeau propose que le comité reçoive et accepte les travaux du sous-comité sur la révision de l’abrégé orthographique.  La proposition est appuyée par Jean Galarneau.  Elle est acceptée à l’unanimité. (…) »

« Membres présents :

Johanne Auclair, enseignante, commission scolaire Charlesbourg, secteur adulte
Claire Babineau, enseignante itinérante, École aux-Quatre-Ventes, Nouveau-Brunswick
Denise Beaudry, parent : représentante de l’AQPEHV
Micheline Boily-Richard, enseignante, École Saint-Enfant-Jésus, CECM
Yvan Bourdeau, conseiller en déficience visuelle, Centre Louis-Hébert
Jean-Eudes Cayouette, enseignant, commission scolaire Charlesbourg
Jacques Côté, président de Braille Jymico
Pierre Dassylva, professionnel (DASSC), ministère de l’Éducation, secteur primaire-secondaire
Pierre Ferland, étudiant universitaire
Hélène Fontaine, enseignante au Centre Champagnat, secteur adulte, CECM
Jean Galarneau, président de Converto Braille Cypilot-Galarneau
Huguette Landry, directrice générale de Braille Édition & Transcription inc., Nouveau-Brunswick
Marcel Landry, professionnel (DFGA), ministère de l’Éducation, secteur adulte
Suzanne Lebrun, conseillère pédagogique, cégep de Ste-Foy
Yvan Pelchat, professionnel (DGAUS), ordre universitaire, président du comité
Valérie Roy-Turcotte, étudiante, cégep de Ste-Foy
Micheline Théberge, enseignante, École Jacques-Ouellette, commission scolaire de l’Eau-Vive
Nicole Trudeau, professionnelle de recherche, UQAM
Christine Vézina, professionnelle (DGEC) ministère de l’Éducation, ordre collégial
Astrid Vercaingne-Ménard, professeure de linguistique, UQAM (…) »

 

—-

Annexe 9 (suite) :  

SOURCE :
Les abréviations braille édition 1996 – page titre

LES ABRÉVIATIONS BRAILLE

Nouvelle version revue et augmentée de

l’Extension de l’abrégé orthographique français,
deuxième édition, Paris, 1955

Comité de normalisation du braille français en éducation

Juin 1996

Direction générale des affaires universitaires et scientifiques

—-

Annexe 9 (suite) :   

SOURCE :
Les abréviations braille édition 1996 – verso de la page titre

La présente publication constitue une version revue et augmentée de l’Extension de l’abrégé orthographique français  publiée  à  Paris  en  1955,  par  l’Association Valentin Haüy.  Elle a été réalisée sous la direction de M. Jacques Côté, président du sous-comité sur la révision du braille abrégé qui a été mandaté par le Comité interministériel de concertation sur la normalisation du braille (aujourd’hui le Comité de normalisation du braille français en éducation).

Il importe de souligner l’apport de tous les membres du sous-comité aux travaux qui ont conduit à la publication de cet ouvrage. Ceux-ci ont reçu l’appui financier, particulièrement, de la Direction de l’adaptation scolaire et des services complémentaires et de la Direction de la recherche institutionnelle et des relations  professionnelles  du  ministère de l’Éducation.

Conception et coordination
Jacques Côté

Collaboration à la rédaction
Martine D’Amour
Pierre Ferland
Carmen Fontaine
Jacques Larose
Nicole Trudeau

Traitement de texte
Pierre Ferland

Pour se procurer cet ouvrage en imprimé ou en braille, on voudra bien communiquer avec :

Braille Jymico Inc.
110, 51e Rue Est
Charlesbourg (Québec) G1H 2J9
Téléphone : (418) 624-2105
Fax : (418) 624-0994
Courriel : info@braillejymico.com
http://www.braillejymico.qc.ca

© Gouvernement du Québec Ministère de l’Éducation, 1996
ISBN 2-550-30215-X
Dépôt légal – Bibliothèque nationale du Québec, 1996

 

—-

Annexe 10

SOURCE :
Lettre signée Jacques Côté au nom du comité de normalisation du braille français en éducation à François Legault alors ministre de l’Éducation date : 15 mars 1999

Monsieur le Ministre,

Les membres du comité sur la normalisation du braille français en éducation, constitué par le sous-­ministre adjoint à l’enseignement supérieur (DERU) de votre ministère, me demandent de vous transmettre la proposition suivante, adoptée à l’unanimité lors de la réunion du 11 décembre 1998.

Considérant que le mandat portant sur la normalisation du graphisme tactile n’est pas terminé; Considérant les besoins formulés par les intervenants de tous les ordres d’enseignement relatifs aux normes de production de dessins en relief pour les étudiants aveugles;

Considérant que les membres actuels du comité sur la normalisation du braille français en éducation ont l’expertise requise pour évaluer et poursuivre les travaux dans le domaine de l’étude de l’image en relief;

Considérant que tous les travaux ont été réalisés sous l’égide de la Direction de l’enseignement et de la recherche universitaires (DERU) en collaboration avec une équipe de chercheurs de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), et que ceux-ci ont l’expertise et les qualités requises pour mener à bien ce type de recherche;

Considérant qu’il est essentiel qu’il y ait harmonisation entre les différents codes de transcription braille lesquels sont les fruits de nos travaux de recherches.

PROPOSITION:

Il est proposé, par monsieur Jean-Eudes Cayouette et appuyé par madame Micheline Théberge, de recommander au ministre:

La reconduction du mandat du comité sur la normalisation du braille français en éducation;

    • Que ce comité demeure sous la responsabilité de la DERU;
    • Que se poursuivent les travaux de recherches universitaires à l’UQAM.

Cette proposition a été acceptée à l’unanimité.

 

—-

Annexe 11

SOURCE :
Comité sur la normalisation du braille français en éducation
12 mai 2000

Lettre du ministre de l’Éducation du Québec, Monsieur François Legault, au secrétaire du comité de normalisation du braille français en éducation, Monsieur Jacques Côté (document annexé à l’avis de convocation daté du 10 avril 2000)

Lettre du Ministre François Legault

—-

Annexe 12

SOURCE :
Comité sur la normalisation du braille français en éducation
12 mai 2000
Communiqué pour diffusion immédiate
GQM 00350 Un appui de taille au développement du braille
Québec, le 9 février 2000
(document annexé à l’avis de convocation daté du 10 avril 2000)

Communiqué : Un appui de taille au développement du braille

Suite du Communiqué : Un appui de taille au développement du braille

—-

Annexe 13 

SOURCE :

Comité de normalisation du braille français en éducation 12 mai 2000

Le mandat du comité


(document annexé à l’avis de convocation daté du 10 avril 2000)

Mandat du Comité de normalisation du braille français en éducation

—-

Annexes 14

SOURCE :

Voir, entre autres, 
le document intitulé : «TABLE RONDE Internationale des Pays Francophones pour la  Standardisation de l’Édition en braille» mai 1987, pages 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40 et 41 ci-après.

 

 TABLE RONDE Internationale des Pays Francophones pour la Standardisation de l’Édition en braille » mai 1987, page 34

TABLE RONDE Internationale des Pays Francophones pour la Standardisation de ledition en braille suite1, page 35.

TABLE RONDE Internationale des Pays Francophones pour la Standardisation de ledition en braille suite2, page 36

 TABLE RONDE Internationale des Pays Francophones pour la Standardisation de ledition en braille suite3, page 37.

TABLE RONDE Internationale des Pays Francophones pour la Standardisation de ledition en braille suite4, page 38

TABLE RONDE Internationale des Pays Francophones pour la Standardisation de ledition en braille suite5, page 39.

TABLE RONDE Internationale des Pays Francophones pour la Standardisation de ledition en braille suite6, page 40.

TABLE RONDE Internationale des Pays Francophones pour la Standardisation de ledition en braille suite7, page 41.

 

 

La normalisation du braille au Québec à la lumière des faits
Dossier préparé par : Nicole Trudeau Ph.D.
chercheure invitée
domaine de recherche: Le graphisme tactile – sa normalisation
champ spécifique de recherche: L’analyse de l’image visuelle
Université de Montréal
Juin 2007

—-

Document déposé au Forum citoyen sur l’avenir du braille convoqué par le Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM) le 8 décembre 2007.

Ce document n’a pas été publié mais a largement été diffusé auprès des institutions et des individus, ainsi que sur le site Le typhlophile.

 

 

 

 

 

 

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.