Du P2D à JAWS pour Windows, un itinéraire chargé d’obstacles – en bref

Aperçu de mon parcours technologique développé lors d’une communication présentée dans le cadre du colloque: Une technologie branchée sur la diversité. Le texte intégral de cette communication se retrouve également sur le présent site et a été publié dans les Actes dudit colloque.

***

Du P2D à JAWS pour Windows, un itinéraire chargé d’obstacles – en bref

PRÉSENTATION

Si je souhaite prendre la parole au cours de ce Colloque, c’est pour partager des expériences, des réflexions, des interrogations et des suggestions. Je parlerai entant qu’usagère aveugle des nouvelles technologies depuis une quinzaine d’années, en tant qu’individu recherchant obstinément le maximum d’autonomie et en tant que chercheure universitaire. Mon propos n’en sera pas un de spécialiste des nouvelles technologies, mais plutôt celui d’une utilisatrice qui exprime des attentes, qui met des mots sur «les grandeurs et les misères» de la manipulation des outils informatiques standards et adaptés.

MON PARCOURS TECHNOLOGIQUE

Mes premiers pas dans l’environnement informatique remontent au temps du P2D. J’en suis présentement à l’environnement Windows à l’aide de JAWS (synthèses vocales et plage tactile de 80 cellules conjuguées).

Ce que je retiens de ce parcours technologique, ce qui me comble, ce qui me désole, mais surtout ce que je souhaite et suggère, voilà les principaux aspects du témoignage présenté.

CE QUI ME COMBLE, CE QUI ME DÉSOLE

Au cours des quinze dernières années, trois équipements informatiques ont positivement influencé mon rapport au texte : les imprimantes, l’Alva braille et l’accès à internet. Parallèlement, je me suis heurtée à des obstacles de taille: la reconnaissance de caractères, l’environnement graphique et la formation.

CE QUE JE SUGGÈRE

Sur la base de mes expériences et de mes perceptions, j’esquisse quelques suggestions aux concepteurs et développeurs, aux formateurs, ainsi qu’à l’ensemble du milieu de la déficience visuelle.

  • Aux concepteurs et développeurs

Je suggère aux concepteurs de logiciels de reconnaissance de caractères de maximiser leurs produits dans le sens d’une utilisation efficace sans l’intervention obligée de la vue, c’est-à-dire, en recréant les conditions d’utilistions par les non-voyants eux-mêmes.

Je suggère aux concepteurs de JAWS, d’une part, d’ajouter à leurs objectifs celui qui viserait à rendre la plage tactile aussi performante que la synthèse vocale et, d’autre part, de donner accès en français à la fonction qui permet d’afficher sur la plage tactile le texte en abrégé.

Je suggère à l’ensemble des concepteurs et développeurs la mise en place d’une instance permettant de centraliser l’information en provenance des utilisateurs: leurs réactions, avis et besoins. Je suggère enfin qu’à tous les niveaux en amont de l’informatique adaptée on soit conscient que l’objectif majeur des outils conçus, promus, distribués et utilisés est l’accroissement de l’autonomie face à l’imprimé.

  • Aux formateurs

Je suggère aux formateurs d’offrir des formations générales mais aussi spécifiques de divers niveaux pour maximiser l’efficacité et l’autonomie des utilisateurs d’équipements informatiques adaptés. Je leur suggère aussi de développer une pédagogie appropriée à ce type d’enseignement. Je suggère de plus que se généralisent chez les formateurs les habiletés à manipuler les outils dans les conditions des non-voyants. Je suggère enfin que ces derniers soient aidés et encouragés à naviguer sur les sites des institutions financières donnant accès aux dossiers personnels. Il va de soi que, préalablement, de tels sites soient évalués quant à leur accessibilité réelle et invités à tenir compte des spécificités des non-voyants, le cas échéant.

  • Au milieu de la déficience visuelle

Je suggère au milieu de la déficience visuelle que soit créée une instance chargée d’évaluer des produits informatiques disponibles sur le marché quant à leur adaptabilité aux équipements utilisés par les non-voyants. Je recommande qu’une telle instance diffuse l’information ainsi obtenue dans un organe à définir et auquel pourraient s’inscrire les personnes intéressées par de telles informations.

CONCLUSION

En somme, je demande aux divers spécialistes des technologies adaptées aux personnes handicapées visuelles de continuer de les aider à être des citoyens de plus en plus autonomes dans leur vie privée et des individus de plus en plus efficaces et compétents dans leur milieu de travail.

Nicole Trudeau Ph.D.
Professionnelle de recherche
Université du Québec à Montréal (UQAM)
Domaine de recherche : le graphisme tactile – sa normalisation
Champ spécifique de recherche : l’analyse de l’image visuelle dans les manuels scolaires

—-

Aperçu de la communication présentée par Nicole Trudeau Ph.D. / Du P2D à Jaws pour Windows, un itinéraire chargé d’obstacles / dans le cadre du Colloque sur les nouvelles technologies de l’information et des communications et les personnes handicapées, colloque organisé par le Comité d’adaptation de la main-d’oeuvre pour personnes handicapées (CAMO) et tenu à Laval (Québec) 2 et 3 octobre 2000.

—-

La communication intégrale a été publié dans :

Les Actes du Colloque Pour une technologie branchée sur la diversité, CAMO pour personnes handicapées Montréal, octobre 2001 pp. 95-99 / Nicole Trudeau Ph.D. / Du P2D à Jaws pour Windows, un itinéraire chargé d’obstacles.

—-

Sur des sujets apparentés :

Du P2D à Jaws pour windows, un itinéraire chargé d’obstacles, texte intégral

CAMO: Pour une technologie branchée sur la diversité: bilan du colloque québécois des NTIC

New Technology and the Research Activities of a Visually Handicapped Person at the Université du Québec à Montréal.

La nouvelle technologie et les activités de recherche d’une personne handicapée de la vue à l’Université du Québec à Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *