Écrire pour raffiner ma pensée!

Une réflexion sur l’écriture. J’aime donner une forme «plastique» à ma pensée, une forme que je peux observer, analyser, retoucher, modifier, raffiner, polir. L’écriture m’est un merveilleux instrument de maîtrise et de raffinement de la pensée, voilà pourquoi je l’aime.

***

Écrire pour raffiner ma pensée!

Depuis toujours j’aime donner une forme «plastique» à ma pensée, une forme que je peux observer, analyser, retoucher, modifier, raffiner, polir. La main qui modèle les mots, façonne les phrases, enchaîne les idées, oriente la pensée, canalise le flot des émotions, endigue les torrents de colère et de désespoir, d’agressivité et d’abattement, cette main, elle m’est infiniment précieuse, plus précieuse que cette langue qui ne se délie pas, qui se délie mal, qui se délie trop, qui se  délie de façon anarchique.

Parce que je redoute le sort, je m’empresse d’écrire que je ne voudrais pourtant pas être privée de cette langue!

Lorsque le coeur et la tête bourdonnent, lorsqu’il  y a tempête en ces lieux, la main, munie d’un crayon ou effleurant des jeux de touches, intervient comme pacificatrice.

J’aime écrire

de simples réflexions, parce que cette forme de confidence me sied tout à fait;

des lettres, parce que j’y suis plus à l’aise qu’au bout du fil (on vous dira pourtant que je suis très bavarde);

des mémoires, thèses, des articles… et ouvrages techniques, parce que j’y développe des habiletés à analyser et à comprendre des phénomènes et des situations, à élaborer, à structurer et à présenter des méthodologies.

J’ai le souci du mot juste, de la pensée simplement et clairement énoncée. À l’aide des mots, je vise à exprimer, avec le plus grand soin, la pensée que je désire communiquer.  Écrire le mieux possible, c’est tenter d’être fidèle à soi-même, de se respecter.

Les «intellectuels» (les vrais, les grands) et leurs oeuvres ont toujours exercé sur moi une immense fascination. Il est très imprudent de parler d’«intellectuels» aujourd’hui; ce mot ayant pris un sens si large, il risque de mettre en scène des personnalités que je ne reconnais pas à ce titre.

L’écriture m’est un merveilleux instrument de maîtrise et de raffinement de la pensée, voilà pourquoi je l’aime! 

 Nicole Trudeau Ph.D.

—-

Texte publié dans :

La moisson littéraire / Journal de la Société des écrivains canadiens (section de Montréal) / Les publications Proto, 1993, pp. 489-491 / Nicole Trudeau Ph.D. /  Écrire pour raffiner ma pensée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *