De l’image visuelle vers l’image tactile

Pour rendre disponible, accessible et surtout compréhensible une image tactile, il faut soumettre l’image visuelle à un examen minutieux. C’est cette conviction qui a suscité la conception et la création d’un outil méthodologique d’analyse du contenu visuel des manuels scolaires, outil présenté ici.

***

De l’image visuelle vers l’image tactile

Le matériel didactique

Il n’y a qu’à feuilleter les manuels scolaires pour observer qu’il y règne avant tout une pédagogie par l’image.

Or, les élèves non-voyants qui vivent leur parcours scolaire dans les mêmes lieux, les mêmes conditions, avec le même matériel et les mêmes pédagogues que tous les autres élèves sont devant un mur quant à l’approche didactique retenue. Heureusement, le ministère de l’Éducation lui-même tente d’abattre ce mur en fournissant aux élèves non-voyants le texte des manuels en braille et les centaines d’images en mode tactile.

Une réflexion comparative

Si le braille a déjà fait ses preuves, même dans l’environnement électronique, il n’en est pas de même de l’image tactile.

Ce n’est pas le fruit du hasard si Louis Braille a accouché d’un système spécifique et unique d’écriture et de lecture tactile. Avant lui, la reproduction tactile de l’alphabet courant avait été proposée et éprouvée mais n’avait pas permis une alphabétisation satisfaisante.

Parallèlement, au cours des dernières décennies, la même tentative a été faite avec l’image visuelle intégralement reproduite de façon embossée.

Si une «photocopie tactile» de l’alphabet, d’une part, et de l’image, d’autre part, ne s’est pas avérée concluante pour le lecteur non-voyant, c’est sans doute que l’impact des caractéristiques spécifiques du décodage visuel et du décodage tactile n’ont pas suffisamment été prises en compte.

L’hypothèse

Progressivement, la recherche vers la normalisation du graphisme tactile a évolué vers l’hypothèse suivante:

Pour rendre disponible, accessible et surtout compréhensible une image tactile, il faut soumettre l’image visuelle à un examen minutieux pour en saisir les multiples composantes. C’est alors que pourront être faits des choix judicieux d’élagage, de fragmentation, de recomposition, d’adaptation, en somme, pour que l’image tactile communique l’essentiel du message tout en se distinguant plastiquement.

C’est cette conviction qui a suscité la conception, la création et la validation d’un outil méthodologique d’analyse du contenu imagé des manuels scolaires. C’est cet outil méthodologique que je vous présente aujourd’hui.

L’outil méthodologique

Élaboré en trois instruments, cet outil méthodologique prend la forme de fiches d’analyse. Chacune de ces trois fiches cible un objectif spécifique : le livre, la page puis l’image.

Les fiches modèle

Il faut distinguer les fiches modèle des fiches de travail. Les fiches modèle constituent le canevas à partir duquel chaque analyse sera consignée.

La fiche modèle de l’analyse du livre

La fiche modèle de l’analyse du livre s’articule autour de deux rubriques thématiques principales :

– Référence bibliographique,

– Conception structurelle.

La rubrique Référence bibliographique se décline en dix éléments.

—-

FICHE MODÈLE DE L’ANALYSE DU LIVRE
(première rubrique)

L1 –
RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIQUE
L1.1 –
Auteurs:
L1.2 –
Titre:
(spécifier la nature, par ex.: manuel de l’élève, guide pédagogique, etc.)
L1.3 –
Discipline:
L1.4 –
Niveau:
(par ex.: primaire, deuxième cycle, quatrième année)
L1.5 –
Maison d’édition:
L1.6 –
Date de publication:
L1.7 –
Nombre de pages (paginées):
L1.8 –
Approbation (instance et date):
(Source: Gouvernement du Québec, Ministère de l’Éducation, Direction des ressources didactiques, date, référence bibliographique et adresse internet)
L1.9 –
Autres titres dans la collection:
L1.10 –
Remarques:

—-

La rubrique Conception structurelle se décline en cinq éléments dont quatre se ramifient en de nombreux sous éléments:

—-

FICHE MODÈLE DE L’ANALYSE DU LIVRE
(deuxième rubrique)

L2 –
CONCEPTION STRUCTURELLE
L2.1 –
Destination exclusive au maître:
L2.2 –
Découpage:
L2.2a –
Pages préliminaires:
(page titre, page de présentation, table des matières, etc.)
L2.2b –
Pages du corps de l’ouvrage:
(grandes divisions ex.: chapitre/section; subdivision ex. : sous-section, etc.)
L2.2c –
Pages complémentaires:
(par ex. : glossaire, index, tableau, etc.)
L2.3 –
Signalisation:
L2.3a –
Symboles graphiques:
Symboles (nombre):
Catégories (nombre):
Première catégorie:
Identification de la catégorie:
Emplacement standard des symboles:
Caractéristiques des symboles:
Description et signification de chaque symbole:
Deuxième catégorie: (même structure)
L2.3b –
Autres indicateurs visuels
(couleurs, polices, mise en évidence, etc.)
L2.4 –
Mise en page:
L2.4a –
Éléments standards de chaque page:
(symboles de signalisation, titre courant, titre de la page, pagination)
L2.5 –
Représentation picturale:
L2.5a –
Les éléments visuels autres que les symboles et leurs fonctions:
(personnages, autres (nombre et fonction)
L2.5b –
Les finalités dominantes:
(image didactique, ludique, esthétique, humoristique, décorative, etc.)
L2.5c –
Nombre de pages avec représentations picturales:
(en incluant les pages préliminaires)
L2.5d –
Catégories d’images, leurs fonctions.
CATÉGORIE
FONCTION
EXEMPLE
– Image autonome
Image ne comportant aucun lien avec les autres images contenues dans une page.
– Image décorative
Plaisir de l’oeil, plaisir esthétique, ajout d’une intention ludique.
– Image redondante
Présenter visuellement des informations essentielles à l’exercice et qui sont déjà données dans le texte à l’extérieur de l’image.
– Image informative
Porteuses d’informations, consignes et définitions.
Dessins illustrant une façon de procéder ou un processus en train de se dérouler.
– Image d’apprentissage
Représenter le problème auquel l’enfant doit répondre.
Dessins d’observation, à reproduire, desquels il faut déduire certaines informations.
– Image utilitaire
Présenter une structure que l’enfant utilise pour réaliser l’exercice.
Dessins servant de planche de jeu.

—-

Selon le manuel à partir duquel l’adaptation tactile doit être planifiée, l’analyse de la conception structurelle peut s’avérer plus ou moins complexe.

La fiche modèle de l’analyse du livre, présentée ici en deux rubriques, a été conçue dans le but de répertorier tous les éléments qui charpentent l’ouvrage, en assurent la cohérence et balisent la navigation. Elle vise donc à découvrir, comprendre et dégager les principaux éléments structurant l’organisation générale de l’ouvrage. Bien maîtrisée, cette fiche révèle les artifices visuelles utilisés et oblige à planifier leur adaptation avant de commencer la transcription.

La fiche modèle de l’analyse de la page.

La fiche modèle de l’analyse de la page est fort simple. Elle se décline en neuf rubriques qui permettent de recueillir les informations désirées.

FICHE MODÈLE DE L’ANALYSE DE LA PAGE

P1 –
Livre (titre):
P2 –
Page (numéro):
P3 –
Titre de la page:
P4 –
Chapitre/Section:
P5 –
Nombre d’images:
(par ex.: trois images, un ensemble de deux images, etc.)
P6 –
Pourcentage de la page occupé par les images:
P7 –
Emplacement de l’image par rapport au texte:
P8 –
Objectifs pédagogiques explicites:
P9 –
Objectifs pédagogiques implicites:

—-

La fiche modèle de l’analyse de la page vise à comprendre et à schématiser l’aménagement de chaque page, à observer son organisation dans la page et à prendre conscience des aspects invariables d’une page à l’autre. Une telle compréhension devrait sensibiliser à la nécessité de prendre des décisions spécifiques à la présentation tactile.

La fiche modèle de l’analyse de l’image.

La fiche modèle de l’analyse de l’image, uniquement centrée sur cette dernière, se décline en 12 rubriques. Elle permet d’interroger l’image sous de multiples aspects.

FICHE MODÈLE DE L’ANALYSE DE L’IMAGE

I1 –
Livre (titre):
I2 –
Page (numéro):
I3 –
Image:
(Identifier l’image dont il est question; une page peut en contenir plusieurs)
I4 –
Dimensions en centimètre:
I5 –
Type d’image :
(Dessin, diagramme, schéma, bande dessinée, photographie, etc.)
I5a –
Type de dessin:
(Dessin au trait, dessin style bande dessinée, illustration couleurs, etc.)
I6 –
Catégorie d’image (voir énumération au point L2.5d):
(Image autonome, d’apprentissage, décorative, informative, utilitaire, redondante)
I6a –
Fonction (voir fiche du livre L2.5d):
I7 –
Finalité de l’image:
(Didactique, humoristique, ludique, etc.)
I8 –
Relation de cette image avec les autres images du livre:
(Suite d’une série, reprenant le même concept qu’une autre image, etc.)
I8a –
Relation de cette image avec les autres images de l’ensemble:
I9 –
Décrite dans le texte ?
(Image redondante)
I10 –
Consigne associée à l’image:
I11 –
Description:
I11a –
Essentiel à retenir:
I12 –
Conventions visuelles et leur rôle:
(Convention, forme, emplacement, fonctions )
– perspective:
– couleurs:
– support:
– étiquettes:
– support-étiquette:
– texte:
– mouvement:
– lumière:
– emphase:
– profondeur de champ:
– échelle des plans:
– autres:

—-

La fiche modèle de l’analyse de l’image vise à scruter rigoureusement le maximum de composantes présentes dans l’image, à les identifier et à les qualifier, à en faire une description qui permet de se représenter l’image, à la situer dans son environnement visuel spécifique et général, à découvrir la relation entre elle et la tâche attendue de la part de l’élève. Ainsi préparé, on devrait être en mesure de planifier puis, de produire une image tactile adéquate.

C’est sur la base des rubriques de cette fiche que devraient s’appuyer les décisions essentielles qui feront de chaque image adaptée un apport majeur à l’apprentissage recherché. Bien sûr, les décisions puis les solutions peuvent être de divers ordres. Elles pourraient sans doute faire l’objet d’une autre communication.

Bref rappel

Avant de présenter un aperçu des résultats de l’analyse du manuel, Enjeux et découvertes, à la lumière des fiches de travail, il est sans doute important que je fasse un bref rappel.

La conception de ces fiches n’a jamais été une fin en soi. Comme son appellation l’indique clairement, c’est un outil qui vise à faire «parler» le contenu imagé afin qu’il devienne accessible aux non-voyants. Pour produire tactilement un ouvrage conçu entièrement pour une manipulation visuelle, un tel outil d‘introspection analytique est indispensable à un produit cohérent et intelligible.

Les fiches de travail

Si les fiches modèle explicitent la conception des analyses à réaliser, les fiches de travail enregistrent les résultats des analyses effectuées.

Par conséquent, les fiches modèle proposent un cadre d’analyse, alors que les fiches de travail témoignent de la réalité du contenu, ce qui peut provoquer des assouplissement du cadre.

Cet outil méthodologique (fiches modèle et fiches de travail), conçu en trois volets, a été validé par l’analyse systématique de quelques manuels scolaires approuvés par le ministère de l’Éducation du Québec (manuels de mathématique pour le niveau primaire et manuel d’histoire générale pour le niveau secondaire). L’analyse de l’image visuelle, étape incontournable avant son adaptation tactile.

Au terme de l’étude analytique du manuel d’histoire générale pour le niveau secondaire II, Enjeux et découvertes tome 1, étude menée à l’aide de l’outil méthodologique expliqué, je vous propose, à titre d‘exemples, trois fiches de travail :

– la fiche de travail de l’analyse du livre,

– l’une des 294 fiches de travail de l’analyse de la page,

– et l’une des 429 fiches de travail de l’analyse de l’image.

Ceci ne représente que trois des 724 fiches de travail d’analyse réalisées uniquement pour ce manuel spécifique.

Cette brève démonstration vous fera constater les exigences de l’observation, l’ampleur de la composition graphique et les défis qu’elle représente pour réaliser une adaptation tactile

Fiche de travail de l’analyse du livre

Le canevas de la fiche de travail de l’analyse du livre est le même que celui de la fiche modèle correspondante. Cependant, à cause de la complexité du manuel étudié, elle est beaucoup plus élaborée.

Le contenu de la première rubrique thématique de la fiche de travail de l’analyse du livre est nécessaire, mais ne réservent pas de surprise.

—-

FICHE DE TRAVAIL DE L’ANALYSE DU LIVRE
(première rubrique)

L1 –
RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIQUE
L1.1 –
Auteurs:
ROBY, Jean et PARADIS, Christiane
L1.2 –
Titre:
Enjeux et Découvertes, Tome 1 et Tome 2 (manuel de l’élève)
L1.3 –
Discipline:
Histoire générale
L1.4 –
Niveau:
Secondaire, deuxième année
L1.5 –
Maison d’édition:
Éditions HRW- Groupe Éducalivres inc.
L1.6 –
Date de publication:
Deuxième trimestre, 1995
L1.7 –
Nombre de pages:
568 pages (Tome 1, pp. 1-280 ; Tome 2, pp. 281-568
L1.8 –
Approbation:
Ministère de l’Éducation du Québec, 18 novembre 1997
Source : Ministère de l’Éducation du Québec,
Direction des ressources didactiques,
Le matériel didactique approuvé pour l’enseignement secondaire
2001-2002.
L1.9 –
Autres titres dans la collection:
Guide d’enseignement
L1.10 –
Remarques:
Le manuel de l’élève se présente en deux tomes

—-

FICHE DE TRAVAIL DE L’ANALYSE DU LIVRE
(deuxième rubrique)

L2 –
CONCEPTION STRUCTURELLE
L2.1 –
Destination exclusive au maître:
N/A
L2.2 –
Découpage:
L2.2a –
Pages préliminaires:
Planisphère physique
page de garde,
page titre,
verso de page titre,
table des matières,
pages de présentation du manuel (2).
L2.2b –
Pages du corps de l’ouvrage:
Parties (7) (T. 1: 4; T. 2: 3),
Synthèses de parties (7),
Chapitres (18) (T. 1: 10; T. 2: 8),
Résumés de chapitres (18),
Thématiques de chapitres (121) (T. 1 : 64; T. 2 : 57),
Autoévaluations (46),
Rubriques (7).
L2.2c –
Pages complémentaires:
Corrigé des autoévaluations (T.1 : p.264 ; T.2 : p. 552),
Glossaire (T.1 : p.271 ; T.2 : p.546),
Index (T.1 : p. 276 ; T.2 : p.559),
Liste des cartes (T.1 : p. 280 ; T.2 : p. 567),
Crédits photographiques (T.1 : p. 280 ; T.2 : p. 568),
Planisphère politique (deux dernières pages en regard des tomes 1 et 2).
L2.3 –
Signalisation:
L2.3a –
Symboles graphiques:
– Symboles (nombre): 70
– Catégories (nombre): 9
Identification:
1. Symboles de partie (7),
2. Symboles de synthèse de partie (7),
3. Symboles de chapitre (18),
4. Symboles de la thématique du chapitre (18),
5. Symboles de résumé de chapitre (7),
6. Symbole d’autoévaluation (1),
7. Symboles de rubrique (7),
8. Symboles de représentation du temps (3),
9. Symboles d’emphase (2).
– Première catégorie:
Identification de la catégorie:
Symbole de partie
Emplacement standard des symboles:
Dans le coin supérieur externe de chaque page du manuel.
Caractéristiques des symboles:
Ils sont de forme carrée, mais de couleur différente.
La couleur présente un dégradé de foncé vers plus clair de
l’extérieur vers l’intérieur.
La pagination du manuel est inscrite à l’intérieur du symbole de
partie.
Description et signification de chaque symbole:
Partie 1: carré vert foncé 1. L’histoire, une science et un art,
Partie 2: carré marron 2. La préhistoire,
Partie 3: carré bleu foncé 3. L’ancien monde,
Partie 4: carré brun foncé 4. L’éveil de l’Occident,
Partie 5: carré vert 5. L’expansion de l’Occident,
Partie 6: carré violet foncé 6. Les révolutions de l’Occident,
Partie 7: carré orange 7. L’Occident actuel.
Note de l’auteur:
Il y a huit autres catégories de symboles détaillées de la même manière à l’intérieur de la présente fiche de travail de l’analyse du livre sous la rubrique L2.3. Elles ne seront pas présentées ici pour ne pas alourdir le propos. L’ampleur et le raffinement d’une telle signalisation visuelle semblent déjà évidents.
L2.3b –
Autres indicateurs visuels
(couleurs, polices, mise en évidence, etc.)
Couleurs:
Les sous-titres à l’intérieur des rubriques et les sous-titres des autoévaluations sont verts,
Le numéro de chaque question des autoévaluations se retrouve toujours dans un petit disque rouge
Polices:
La police Times New Roman est utilisée dans les textes de base,
La police Arial est utilisée dans les rubriques et les encadrés.
Mise en évidence:
– Caractères gras:
Les caractères gras sont utilisés pour:
mettre en évidence un nouveau mot (ces mots se trouvent dans le glossaire situé à la fin du manuel). Par exemple le mot « archéologue » (Tome 1 : p. 5).
présenter les objectifs énumérés sur la page d’introduction d’une partie,
insister sur une notion ou un objectif (dans les résumés de chapitre « Faire ses preuves », exemple Tome 1: p. 15).
– Caractères italiques:
Les caractères italiques sont utilisés dans les légendes accompagnant les documents figurés. Par exemple, photographie d’une peinture rupestre (Tome 1 : p. 58). “ Document 4.8 Œuvre d’art pariétale représentant du bétail et ses gardiens ”..)
– Encadrés:
Les encadrés sont jaunes et accompagnés d’une petite flèche pointant vers l’intérieur. Les encadrés contiennent le plus souvent des questions adressées à l’élève mais aussi quelques notions pédagogiques (des faits, des anecdotes).
L2.4 –
Mise en page:
Chaque partie débute avec deux pages d’introduction. On retrouve sur la page de gauche une image représentant le thème de la partie et, sur la page de droite, le texte de base.
L2.4a –
Éléments standards de chaque page:
Symbole de partie (code couleur), numéro et titre du chapitre (le numéro est sur la page de gauche et le titre sur la page de droite), ruban du temps, pagination.
L2.5 –
Représentation picturale:
L2.5a –
Les éléments visuels (autres que les symboles) et leurs fonctions:
Le manuel contient plus de 400 images dont les fonctions varient, mais qui renvoient fréquemment à des consignes. Pour leur analyse, voir les fiches de l’analyse de l’image.
L2.5b –
Les finalités dominantes:
La finalité dominante des images contenues dans le manuel de l’élève est didactique. Mais on retrouve également des éléments à finalité décorative ou organisationnelle, par ex., des tableaux synoptiques (Tome 1 : p.75).
L2.5c –
Nombre de pages avec représentations picturales:
Tome 1 : 233 pages / 280 (47 pages sans illustrations).
Tome 2 : 241 pages / 288 (47 pages sans illustrations).
L2.5d –
Catégories d’images et leurs fonctions (exemple)
CATÉGORIE
FONCTION
EXEMPLE
– Image autonome
Image ne comportant aucun lien avec les autres images contenues dans une page.
p92, p95
– Image décorative
Plaisir de l’oeil, plaisir esthétique, ajout d’une intention ludique.
– Image redondante
Présenter visuellement des informations essentielles à l’exercice et qui sont déjà données dans le texte à l’extérieur de l’image.
– Image informative
Porteuses d’informations, consignes et définitions.
Dessins illustrant une façon de procéder ou un processus en train de se dérouler.
– Image d’apprentissage
Représenter le problème auquel l’enfant doit répondre.
Dessins d’observation, à reproduire, desquels il faut déduire certaines informations.
– Image utilitaire
Présenter une structure que l’enfant utilise pour réaliser l’exercice.
Dessins servant de planche de jeu.

—-

Ne pas perdre de vue que l’objectif d’un tel examen d’un manuel vise à contribuer à la planification de l’adaptation en mode tactile. Intervient ici,  entre autres,  un questionnement qui peut se formuler ainsi:

– Reproduire tous les symboles ?
– Les ignorer ?
– Les adapter ?
– Pourquoi et comment ?

À ce questionnement doit s’intégrer le contexte dans lequel le manuel sera utilisé. Dans des classes régulières, on peut penser que les enseignants guident généralement les élèves dans la navigation du manuel par les symboles visuels.

—-

Fiche de travail de l’analyse de la page.

Je vous soumets ici l’une des 294 fiches de travail de l’analyse de la page. Cette fiche résulte de l’observation de la page 6 du manuel, Enjeux et découvertes.

Page 6 Enjeux et Découvertes

 

Voici les données qui ont été recueillies et consignées dans la présente fiche de travail de l’analyse de la page.

—-

FICHE DE TRAVAIL DE L’ANALYSE DE LA PAGE

P1 –
Livre (titre):
Enjeux et découvertes tome 1
P2 –
Page (numéro):
Page 6
P3 –
Titre de la page:
Partie 1. L’histoire, une science et un art.
P4 –
Chapitre/Section:
Chapitre 1. La science de l’histoire.
P5 –
Nombre d’images:
Un ensemble de cinq images avec interdépendance.
P6 –
Pourcentage de la page occupé par les images:
40%
P7 –
Emplacement de l’image par rapport au texte:
Sous une zone de texte. L’ensemble des images s’étend sur toute la largeur de la page. Les images sont regroupées en forme d’étoile (une au centre et quatre autour). Chaque image est accompagnée d’une légende.
P8 –
Objectifs pédagogiques explicites:
L’élève doit observer les images puis les associer aux aspects de société contenus dans le tableau de la rubrique.
P9 –
Objectifs pédagogiques implicites:
Préciser le sens du concept de société.
La compilation de toutes les données fournies par les fiches de travail de l’analyse de la page permettra une vue d’ensemble de la composition de chaque page et dictera un plan cohérent pour l’adaptation tactile.

—–

Fiche de travail de l’analyse de l’image.

Au lieu de vous présenter la fiche de travail de l’analyse de l’image déjà complétée, je vous propose de faire l’exercice d’analyse ensemble. Le but de cette activité devrait rendre tangibles les exigences de l’observation, l’ampleur de la composition graphique et les défis qu’elle représente pour réaliser une adaptation tactile intelligible et pédagogiquement efficace.

Alors que vous sera remise la fiche modèle de l’analyse de l’image, l’image de la page 153 du manuel vous sera soumise. C’est en observant attentivement cette image que vous compléterez méthodiquement chacun des éléments de la fiche.

 

Page 153 Enjeux et Découvertes

FICHE MODÈLE DE L’ANALYSE DE L’IMAGE

I1 –
Livre (titre):
I2 –
Page (numéro):
I3 –
Image:
(Identifier l’image dont il est question; une page peut en contenir plusieurs)
I4 –
Dimensions en centimètre:
I5 –
Type d’image :
(Dessin, diagramme, schéma, bande dessinée, photographie, etc.)
I5a –
Type de dessin:
(Dessin au trait, dessin style bande dessinée, illustration couleurs, etc.)
I6 –
Catégorie d’image (voir énumération au point L2.5d):
(Image autonome, d’apprentissage, décorative, informative, utilitaire, redondante)
I6a –
Fonction (voir fiche du livre L2.5d):
I7 –
Finalité de l’image:
(Didactique, humoristique, ludique, etc.)
I8 –
Relation de cette image avec les autres images du livre:
(Suite d’une série, reprenant le même concept qu’une autre image, etc.)
I8a –
Relation de cette image avec les autres images de l’ensemble:
I9 –
Décrite dans le texte ?
(Image redondante)
I10 –
Consigne associée à l’image:
I11 –
Description:
I11a –
Essentiel à retenir:
I12 –
Conventions visuelles et leur rôle:
(Convention, forme, emplacement, fonctions )
– perspective:
– couleurs:
– support:
– étiquettes:
– support-étiquette:
– texte:
– mouvement:
– lumière:
– emphase:
– profondeur de champ:
– échelle des plans:
– autres:

—-

C’est avec ce petit stress que se termine la présentation et la démonstration de l’outil méthodologique développé et à faire évoluer au service des élèves que l’on veut traiter «À part égale».

Essentiel à retenir

Comme la pédagogie par l’image règne en maître dans les manuels scolaires, comme les élèves voyants et non-voyants fréquentent les mêmes classes, une adaptation tactile des images visuelles est incontournable pour ces derniers. Cette adaptation, pour être structurante et efficiente, ne peut être improvisée.

De là l’idée de construire et de tester un outil d’analyse permettant de mettre en lumière, avant le début du processus de production tactile d’un manuel les composantes visuelles qui nécessitent une adaptation pour réaliser les tâches pédagogiques. L’outil méthodologique – Les fiches d’analyse – présenté permet de s’orienter dans le dédale du contenu d’un manuel, de préparer une planification rigoureuse de l’adaptation, donc de faire des choix préalables à la transcription pour communiquer les repères indispensables dans l’exploration tactile du livre, pour livrer un apprentissage substantiel qui permet d’atteindre les objectifs.

Comme l’outil a été pratiqué et validé dans divers manuels, toute l’information recueillie est disponible sur support électronique.

À court terme, on prévoit encoder cette somme dans le but de maximiser les relations entre les diverses composantes, de dégager de nouvelles significations, de décupler la maniabilité des données, de découvrir des clés pour traiter certains aspects de l’adaptation.

À ce jour, la recherche a produit plus d’un millier de fiches d’analyse du livre, de la page et de l’image. Cette somme doit maintenant devenir éloquente par un traitement sophistiqué de ses données.

Comme nous sommes au Royaume du Saguenay, vous me permettrez un brin de subjectivité et d’humour pour terminer ?

L’analyse du contenu imagé du matériel didactique est la «voie royale» vers la représentation tactile de mieux en mieux ciblée.

Nicole Trudeau, Ph.D. chercheure
Université du Québec à Montréal (UQAM)
Domaine de recherche : Le graphisme tactile – sa normalisation
Champ spécifique de recherche: L’analyse de l’image visuelle dans les manuels scolaires approuvés par le ministère de l’Éducation du Québec et en usage dans les écoles primaires et secondaires.

—-

Source:

73e colloque de l’Association francophone pour le savoir ACFAS / Université du Québec à Chicoutimi / 12 mai 2005 / Nicole Trudeau Ph.D. / De l’image visuelle vers l’image tactile

Communication présentée mais non publiée

—-

Sur des sujets apparentés :

Analyse de l’image visuelle, étape incontournable avant son adaptation tactile

Les outils technologiques et les défis de l’adaptation tactile des images

Technological Tools and Challenges in the Tactile Adaptation of Images

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.