J’ai le droit

Une pensée et une parole trop longtemps tues ont été succinctement libérées par la mèche d’allumage d’un concours dont le thème était: «J’ai le droit». Un court texte esquisse ma souffrance, mon idéal et mon combat. «Avoir le droit», c’est y croire, en témoigner, le proclamer, puis le réclamer.

***

J’ai le droit

Vous tous disposés à m’entendre

Ayant dû quitter ma famille dès l’âge de cinq ans pour accéder à l’alphabétisation et à l’instruction dans une institution spécialisée pour non voyants (les choses ne pouvant se passer autrement à l’époque), un profond sentiment d’exclusion est né de cette mise à l’écart social; ce sentiment s’est développé, s’est intensifié et s’est incrusté au plus profond de mon être au fil des nombreuses années de vie dans un pensionnat.

Cette empreinte indélébile de rejet me soufflait que je n’avais droit à l’existence qu’en lieu clos, lieu uniquement fréquenté par des élèves mal voyants, qu’il n’y avait pas de place pour moi dans la société hors les murs et que, si j’en voulais une place (ce qui me dévorait, m’était vital), je devais me la tailler coûte que coûte, me la bûcher même.

Mais, vouloir franchir quelques gradins alors que l’on anticipe qu’il n’y a pas de fauteuil pour soi dans l’amphithéâtre des humains, c’est une ambition par trop périlleuse.

Me faire une place, mériter le droit d’«être», ce fut l’idéal, le combat de ma vie :

«Avoir le droit», c’est d’abord et avant tout avoir cette foi, cette conviction que l’on vaut et mérite autant que l’autre, c’est intégrer cette intuition au fil des jours et des expériences. Sans cette foi, cette conviction intimement et intensément ressenties, le renforcement extérieur, la confiance des autres, ne seront que fugitifs ou éphémères, sans racines, sans consolidation possible.

C’est cette confiance de base qui n’a jamais été mienne mais que je me suis toujours acharnée à conquérir : mission impossible.

«Avoir le droit», c’est y croire, en témoigner, le proclamer, puis, le réclamer.

Nicole Trudeau Ph.D.

—-

Texte rédigé sur le thème J’AI LE DROIT dans le cadre du concours de lettre du cabaret accès-cible, concours organisé par le Mouvement PHAS (personnes handicapées pour l’accès aux services) / Édition 2013 / texte non soumis et non publié / Nicole Trudeau Ph.D. / J’ai le droit.

—-

Sur des sujets apparentés:

Mouvement PHAS

«J’ai le droit» Croyez-vous?

Quelques réflexions sur mon vécu

Trois interrogations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *