Un coup de cœur – retour sur un livre en neuf billets

3 janvier 2018

Deuxième billet : Avant propos.

Avant-propos, pages 19 à 23  :

Bertrand Piccard se pose plusieurs questions en commençant la rédaction de son livre, Changer d’altitude Quelques solutions pour mieux vivre sa vie, dont la suivante :

«(…) comment toucher quelqu’un dans l’état d’esprit qui est le sien en ouvrant ces pages? » (p. 20)

Je lui réponds qu’il a choisi le ton juste pour la lectrice que je suis à ce jour. La première lecture m’a complètement submergée et une deuxième lecture s’est imposée pour me permettre de m’approprier la densité de la matière. Comme je l’ai écrit dans un précédent billet,  Pour moi, un livre choc! un livre phare! Changer d’altitude  et comme je l’ai exprimé dans le cadre d’une interview (qui débute à 2 min 05) sur canal M; Des livres plein les oreilles, 14 décembre 2017 c’est un livre choc, un livre phare, un cadeau qui a été mis sur ma route au bon moment.

L’objectif de Bertrand Piccard est émouvant :

« C’est à vous dans toute votre sensibilité que je veux m’adresser. À l’être humain que nous avons tous au fond de nous-mêmes, plus ou moins caché et oublié, mais qui réapparaît chaque fois que nous sommes malades ou angoissés, que nous perdons quelqu’un qui nous est cher, que nous nous retrouvons égarés dans les vents de la vie; chaque fois que nous n’avons plus d’espoir ou que, mais c’est si rare, nous nous demandons d’où nous venons, où nous allons, et ce que nous faisons sur cette Terre (…) Oui, cela donne le vertige! Avez-vous envie d’accepter ce vertige, (…)? Vous pouvez bien sûr  (…) refermer tout de suite ce livre (…) ou alors en continuer la lecture, pour découvrir où elle nous mènera, vous et moi. J’aimerais écrire pour les hommes et les femmes fragilisés par les expériences de la vie, qui osent écouter ce qui se passe en eux et chez les autres; à ceux qui ressentent encore l’innocence de l’enfant d’autrefois, qui conservent le lien entre ce qu’ils ont été et ce qu’ils souhaiteraient devenir; à ceux qui souffrent de voir le temps qui passe sans comprendre à quoi cela sert de vivre. J’aimerais m’adresser à ceux qui acceptent de se mettre volontairement dans cet état de réceptivité pour être touchés au fond de leur être, (…) ». (p. 21)

« (…) laisser la place au questionnement que nous évitons si souvent: comment vivre de façon plus complète notre besoin d’épanouissement? Avec nous-mêmes? Avec les autres? Avec la vie? À travers la recherche de ce qui donne un sens à l’existence, à la souffrance, et à la mort? J’ai d’emblée commencé ce livre par une série de points d’interrogation. Davantage de questions que d’affirmations, davantage de doutes que de certitudes. Cela pourrait paraître déconcertant pour ceux qui oublient que les interrogations sont porteuses d’ouverture alors que les convictions sont souvent des prisons; et que les réponses ne sont accessibles qu’à ceux qui ont le courage de poser les questions.» (p. 22).

2/9

—-

PICCARD, Bertrand, Changer d’altitude Quelques solutions pour mieux vivre sa vie, Stock, Paris, 2014, 301 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *