Une petite histoire d’horreurs

31 juillet 2020

Après avoir intégré l’idée que je ne retournerais pas aux concerts en salle prochainement, constatant que de plus en plus de diffusions sur le NET étaient disponibles sans que la qualité sonore soit toujours au rendez-vous, j’ai décidé d’optimiser la qualité de la réception par ordinateur en reliant ce dernier à mon système de son. J’étais ainsi prête à écouter, depuis mon fauteuil d’orchestre à la maison, l’Orchestre métropolitain à la Salle Bourgie dans les symphonies de Beethoven, concerts diffusés sur la plateforme DGstage.

Après de multiples et infructueux essais pour m’acheter un billet pour le concert du 31 juillet, j’y suis finalement parvenue aux derniers moments avec beaucoup d’aide. À l’heure dite, contente et confiante, je me suis d’abord branchée via mon ordinateur portable couplé à mon système de son. Première déception: aucun son n’a pu être entendu.

J’ai fait un second essai via mon ordinateur de bureau. Nouvelle déception. La diffusion était coupée à toutes les minutes pendant environ 10 secondes.

Finalement, on a tenté un branchement via la tablette. Sur cet équipement, la diffusion était stable mais la qualité sonore déplorable.

Très déçue et presque découragée, mais désireuse de trouver une solution, j’ai communiqué avec mon serveur, Bell Canada, qui m’a assurée que ma connexion était excellente. L’hypothèse soumise est que le problème était du côté du site proprement dit. J’ai poursuivi ma recherche de solutions en informant l’Orchestre métropolitain des problèmes rencontrés et en leur demandant d’entrer en contact avec DGstage. Je n’arrive pas à croire que je serais la seule à me heurter à de tels obstacles.

Comment expliquer qu’en un même lieu desservi par une même connexsion INTERNET deux ordinateurs et une tablette diffusent différemment un même événement?

Je vous serais très reconnaissante de vous lire sur votre expérience, qu’elle soit positive ou négative. Vous m’aideriez ainsi à comprendre et surtout à trouver des solutions. Sur la base de ce déplaisir et de ces immenses frustrations qui n’ont rien d’artistiques, je ne suis pas disposée à acheter d’autres billets pour de prochains concerts sur cette plateforme. Le plaisir escompté s’est transformé en déception cruellement frustrante.

On a beau vouloir s’adapter, on ne cesse de se cogner la tête sur les murs de la nouvelle technologie… Qu’est-ce qu’on y gagne?

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *