Une lecture forte qui touche et qui fait mal

30 septembre 2019

Les grands fils conducteurs de Prodige, la musique et l’amour maternel. Mais avec Nancy Huston, rien n’est simple. Comme la vie et l’humain d’ailleurs.

J’entre dans le livre un peu comme au théâtre, sans introduction, sans présentation. Les personnages se succèdent, racontent et se racontent, mais…

De la démesure dans l’amour de la musique et envers la petite Maya, prématurée, une démesure qui fait sombrer. L’amour de la mère Lara a sauvé sa fille. Mais l’amour de Maya sauvera-t-il sa mère?

Une lecture forte qui touche et qui fait mal.

Une écriture nourrit par une riche culture.

Nancy Huston / Prodige : polyphonie / Leméac,  1999 / 171 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *