Une frustration

28 novembre 2019

Ce n’est pas la première fois que je vis une telle frustration mais aujourd’hui je l’extériorise.

Le téléphone cellulaire!!!

Non, non, ce n’est pas lui qui est l’objet de ma présente frustration.

Celui qui l’a provoquée, c’est celui qui l’utilise: le chauffeur de taxi. Et pas pour répondre à un appel dans le cadre de son travail mais pour entretenir des conversations pendant pratiquement tout le trajet. Il se sent sans doute à l’aise de le faire parce qu’il doit être convaincu que ses propos m’échappent et parce qu’il n’a aucun respect pour ses clients.

Je suis nullement intéressée par ses conversations, mais je trouve que c’est un manque de professionnalisme qui m’agresse.

Ne suis-je pas une cliente qui va le payer pour m’offrir un service courtois?

N’ai-je pas droit à la sécurité maximale? Il n’est pas attentif aux noms des rues, à l’adresse demandée. Il rate la sortie d’un rond point. etc.

Il n’est malheureusement pas le seul, même dans le contexte du travail, à faire passer le client au deuxième rang, priorisant la personne sur les ondes du cellulaire pour des raisons rarement urgentes.

La déshumanisation des relations interpersonnelles, la banalisation du respect de l’autre ce n’est pas la faute d’un objet, c’est la faute de son utilisateur et c’est aussi la faute de notre lâche tolérance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *