Une désolation

29 janvier 2018

Entendre la mairesse de Montréal, Madame Valérie Plante, lors de la commémoration du 29 janvier à Québec m’a totalement désolée.

Lorsqu’on ne sait pas improviser, on se prépare. Lorsqu’on n’a pas le temps de le faire, on sollicite ses collaborateurs. Lorsqu’on n’a rien d’autre à dire que son entourage nous a fourni des gants et des bottes, on se tait. Pensait-elle qu’elle allait au sud? Ridicule… Pas de gants pas de bottes à Québec en janvier, alors qu’on patine sur les trottoirs à Montréal… Sur quelle planète vit-elle?

Lorsque j’entends de tels propos par des personnalités publiques qui nous représentent, j’ai honte.

Aux antipodes a été l’intervention de Nathalie Provost, réfléchie, sentie, rédigée et bien dite. Tellement en phase avec l’événement. Cela me rassure. Je m’y reconnais.

C’est un vrai billet d’humeur impulsif.

Quand Madame Plante m’impressionnera positivement, je le dirai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *