Un soulagement, une détente

21 avril 2019

Après des mois de frustrations, de tentatives vaines de solutions, d’inquiétude, de moments de découragement et de déception, une trouée apparaît dans l’univers informatique autour de mon site.

Il y a près d’un an, lors d’un avis de sécurisation de mon site et de problèmes engendrés, en partie, par cette opération, tout s’est compliqué, s’est désorganisé et l’entreprise qui avait monté mon site n’était plus en mesure d’en assurer le bon fonctionnement. De plus, la compagnie responsable du thème utilisé n’en assurait plus la mise à niveau. Acculée aux pieds du mur, je devais ou changer de thème, (donc migrer vers un nouveau site à rebâtir) ou alors, abandonner. Je n’étais pas prête à se décrochage. Mon site était un projet que j’avais longuement mijoté et dans lequel je m’étais très investie. J’aimais son style et  son image; je m’y reconnaissais et je recevais des commentaires d’appréciation. Avec une exceptionnelle collaboratrice, nous avions travaillé très très intensément à le nourrir, à l’alimenter.

Aujourd’hui, le voile se lève car une nouvelle entreprise, sensible à mes besoins et à mes désirs, me propose un espace qui respecte l’esprit et l’ambiance que je souhaite retrouver, tout en le rendant compatible avec les nouvelles exigences logicielles.

Même si l’image n’est pas «tendance», même si elle n’est pas «du dernier cri», même si elle échappe au dicta de la mode, si je m’y retrouve, si elle me plaît, si elle me ressemble, pourquoi y renoncer? Est-ce que l’on jette des objets que l’on aime simplement parce qu’ils datent? Ce n’est pas ma façon de penser et d’agir.

Je me sens donc soulagée de pouvoir migrer vers un site dont le cadre respecte ma personnalité, mes objectifs de navigation et mon esthétique.

Pendant cette trop longue période trouble, j’ai ressenti beaucoup de colère contre l’autoritarisme du monde informatique qui impose ses visions, sans égards aux particularités et aux souhaits, qui ne se donne pas la peine d’aviser que les services offerts sont interrompus, qui propose des solutions qu’il ne peut satisfaire mais qu’il ne se gêne pas de facturer. Cette petite «dictature» m’est absolument insupportable. Pourtant, au-delà de la colère et de la révolte, pour que le projet survive, je dois quand même la subir, m’y soumettre à contre coeur, d’une certaine façon.

Merci à Prestige Web et à Louise qui opérationnalise Word Press pour rendre mon site accessible et agréable à fréquenter.

Si le monde informatique fonctionne trop souvent comme des bulldozer, il y a des êtres humains d’exception qui temporisent l’agression et qui acceptent de m’accompagner et de me soutenir. J’espère que cette fenêtre d‘espoir qui me réconforte restera ouverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *