Un nom à retenir : Alain Altinoglu

22 novembre 2018

Le concert du 14 novembre 2018 à L’Orchestre symphonique de Montréal (présenté deux fois) offrait une musique avec laquelle j’ai de très grandes affinités Debussy, Mozart, Ravel.

Cette musique nous a été offerte avec une virtuosité individuelle et collective qui force l’admiration, avec un raffinement, un sens du détail, une palette de couleurs et de dynamiques, qui comble l’auditeur, avec une énergie et un souffle qui entraînent sur les ailes de la beauté.

Je désire aussi souligner l’élégance avec laquelle le dernier mouvement du concerto de Mozart a été interprété et la « conversation » si vivante entre l’orchestre et le piano. Nous étions ailleurs qu’en simple présence d’un piano accompagné par un orchestre. L’oeuvre était véritablement concertante.

À la barre de ces magnifiques interprétations, un chef à fréquenter : Alain Altinoglu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *