Un lien insoupçonné

14 mai 2019

Par la lecture, on apprend toujours, on fait des rencontres, on traverse des univers d’émotions et, quelquefois, on se reconnaît dans un miroir tendu au carrefour d’une phrase. Tel fut le cas lorsque j’ai lu :

«Tu ne peux compter que sur toi. Donc, si tu veux faire quelque chose dans la vie, retrousse tes manches, lève-toi tôt, couche-toi tard et travaille vite»¹

Cette phrase de Cyrulnik, cette décision, je la fais totalement mienne. Je l’ai probablement inconsciemment formulée dès l’âge de cinq ans lors de mon entrée au pensionnat pour une durée de 15 ans et je l’ai pratiquée toute ma vie dans le sens propre et dans le sens figuré, pour le meilleur et pour le pire.

Curieusement, j’ai rencontré cette confidence de Boris Cyrulnik, cet engagement, cet objectif de vie à laquelle je m’identifie complètement, le jour de l’anniversaire de naissance de ma mère, le 14 mai.

Pas besoin de vivre des expériences identiques pour éprouver des ressentis de même nature.

  —- 

Note 1 :

Stéphan Bureau rencontre Boris Cyrulnik / Verdun, Amérik Média, 2008, 192 pages / Chapitre 6, p. 142

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *