Un coup de coeur au théâtre

7 octobre 2018

Ce n’est pas la première fois que je retrouve Emmanuel Schwartz au théâtre, mais c’est la première fois qu’il s’impose à moi comme un comédien de la ligue des grands, c’est-à dire, un comédien habité par son personnage (ici, Voltaire) et qui le livre avec autorité, avec un charisme qui rayonne, avec une voix qui entraîne, avec une diction soignée et sans affectation et une projection qui donne le texte avec clarté et intelligibilité.

Toutes ces qualités, et bien d’autres, mises au service d’un texte riche et puissant, entraînent le spectateur et auditeur, à son corps défendant même, là où l’oeuvre veut nous amener.

Lorsqu’un comédien reste à vos côtés à la sortie du théâtre, qu’il est toujours avec vous le lendemain, c’est qu’il vous a touché et convaincu, c’est qu’il est de l’étoffe des grands.

C’est une émotion théâtrale que j’espérais depuis trop longtemps.

—–

Référence :

Candide ou l’optimisme,  TNM représentation du 6 octobre 2018.

Adaptation Pierre-Yves Lemieux
Metteur en scène Alice Ronfard
Emmanuel Schwartz dans le rôle de Voltaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *