Un article percutant

19 septembre 2022

Jean-François Nadeau signe un article percutant dans Le Devoir du 19 septembre 2022: Défendre les minorités? Le point d’interrogation donne le ton au propos.

En partant du personnage trop mal connu  qu’est le premier Premier ministre du Canada, Sir John A. Macdonald, Jean-François Nadeau nous démontre ce qu’était la compréhension de la minorité pour ce chef d’état et la met en parallèle avec un certain discours qui a cours pendant la présente campagne électorale. Comme quoi l’histoire est une puissante lampe qui nous éclaire.

«Le premier de tous les premiers ministres canadiens avait à coeur de protéger les minorités (…)»

en oubliant les asiatiques, les canadiens français et les autochtones.

Voici ce qu’il déclarait à Québec en 1864:

Les minorités «nécessitaient d’être protégées grâce à un gouvernement central puissant (…)».

«La Confédération canadienne devait être l’outil pour bien protéger les minorités, (…)»

«Nous devons protéger les intérêts des minorités, et les riches sont toujours moins nombreux que les pauvres (…) Les riches donc, cette pauvre minorité menacée, pouvaient compter sur lui pour établir un régime bienveillant, capable de défendre partout ses puissants intérêts.»

«L’homme politique affirmait vouloir protéger au mieux cette minorité contre la «tyrannie des masses». Le suffrage universel était l’«un des plus grands maux qui puissent frapper le pays», dénonçait-il. Son projet politique était conséquemment d’assurer, dans la durée, le maintien d’immenses fortunes privées dont lui et les siens avaient su profiter pour se hisser au faîte de la société. (…)».

Puis, Jean-François Nadeau oriente notre regard sur la réalité actuelle en posant la question suivante:

«Comment se portent les riches aujourd’hui?»

Il y répond comme suit:

«À entendre les réactions suscitées par le projet de Québec solidaire de les taxer un peu plus, cette pauvre minorité serait toujours aussi outrageusement menacée. (…) tous les partis et leurs thuriféraires agréés se sont ralliés pour manifester en choeur leur opposition à cette proposition. (…) Une telle unanimité, afin de protéger l’intérêt des plus aisés, est révélatrice d’un système bien huilé.»

«Tous les John A. Macdonald du monde ont vraiment fait du bon travail pour protéger la minorité des nantis. (…)».

Il nous faut l’histoire pour mieux lire le présent.

Source:

NADEAU Jean-François / Défendre les minorités? / Le Devoir / Section Actualités / 19 septembre 2022

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.