Touchée dans l’essentiel

31 mars 2017

Au fil des lectures, on se heurte parfois à des phrases dans lesquelles l’on se reconnaît mais que l’on n’aurait probablement pas pu écrire. Le génie de l’écrivain est de saisir l’humain et de savoir le dire.

Il en est un peu ainsi dans ce portrait dessiné par Jean d’Ormesson dans L’amour est un plaisir.

Je mets en gras les passages qui me tendent le miroir.

« Jacques était d’Aix, étudiant en médecine. Il avait des idées de gauche, quelque chose de sombre et de violent et une difficulté à vivre qui rendait ardus ses rapports avec le bonheur.  Un accident à sa naissance, lui avait fait presque perdre l’usage de son bras droit. Cette infirmité l’avait marqué tout entier. Son charme, son apparence, sa forme d‘esprit, tout ce qu’il était pouvait s’expliquer par ce bras.

(…) Il ne semblait jamais à son aise dans un monde qu’il abordait diminué. Mais les revanches qu’il avait à prendre à chaque instant l’avaient plus servi que des facilités trompeuses. Il n’avait cherché, (…) qu’à être plus fort que les autres. Et non par un vain désir de gloriole ou de succès faciles, mais par une exigence qui le menait plus loin, par une insatisfaction qui ne se lassait jamais de creuser plus profondément que la surface des choses dont il s’imaginait volontiers que les plaisirs lui étaient fermés.

(…) L’amour, la gloire, l’ambition, le remords, la haine s’attachent à eux avec une violence qu’ignorent les légers, ceux qui s’amusent de vivre et que leur vie même distrait et détourne de ce qui lui donnerait son poids et son sens (…) ». (chapitre IV)

—-

Jean d’Ormesson, L’amour est un plaisir,  Paris, Juliard, 1956.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *