Témoignages de formidables passions de vivre

30 avril 2017

Samedi soir, à la Maison symphonique de Montréal, j’entendais l’Orchestre symphonique de Montréal dirigé par Bernard Labadie, fondateur des Violons du Roy et directeur jusqu’à tout récemment.

Dès les premiers sons, j’ai été touchée et marquée par la puissance de concentration insufflée à l’orchestre et imposée, en quelque sorte à l’auditoire.

Pour moi, le moment le plus mémorable de la soirée fut le 2e mouvement de la Symphonie no 41 de Mozart : une lecture et une interprétation intéressantes, intelligentes, raffinées, émouvantes et passionnément vivantes. Des images sonores qui se sont imprégnées en moi et s’y prolongent.

Et quand je superpose à de tels moments musicaux le récent parcours de l’homme qui nous les offre, un homme dont la vie a été dramatiquement menacée ces dernières années, j’encaisse et admire profondément plus que le courage, mais l’impressionnante passion de vivre de cet artiste.

Dimanche midi, je participais à un brunch avec une soixantaine de personnes regroupées pour souligner le 90e anniversaire d’un homme dont le plein air a été et demeure une passion qu’il a partagée avec des assoiffés de découvertes et d‘aventures, mais aussi avec des amateurs de sports non-voyants auprès desquels il intervient comme bénévole altruiste et généreux de sa personne et de son temps.

Je retire de ces deux expériences, en somme sans histoire, des leçons de vie qui viennent soutenir mes pas alors que « la terre tremble » : rester debout avec fièvre et avancer avec passion, quoiqu’il arrive, jusqu’à l’issue inévitable.

Alors que les médias font de la surenchère avec les côtés les plus sombres de l’humain et contribuent à saboter les énergies constructives, prenons du recul et nourrissons-nous sainement auprès des êtres de qualité que nous côtoyons au quotidien et qui peuvent et doivent nous servir de modèles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *