Surtout, il ne faut pas changer nos habitudes…!

28 novembre 2020

Je m’étonnais ces jours derniers que les québécois puissent, sans contraintes et sans inquiétudes, partir pour le sud sans se préoccuper et sans qu’on s’inquiète non seulement de leur départ mais surtout de leur retour comme si on ne se souvenait pas des conséquences de semblables déplacements au printemps.

Je me suis sentie moins seule en lisant un texte d’Opinion dans le devoir du 27 novembre sur ce même thème: Nos «snowbirds» bientôt dans nos hôpitaux.

Je fais plus que souhaiter que le Gouvernement s’inspire des suggestions faites par le signataire pour règlementer cette fuite en avant qui ne sera pas sans effets au Québec.

Nous limitons nos contacts depuis des mois. Nous nous adaptons à nos conditions climatiques et nous n’en mourons pas mais nous devrons subir les conséquences des «snowbirds» en mal de chaleur qui nous reviendrons avec le virus qu’ils risquent grandement de nous rapporter en cadeau.

Quelle irresponsabilité sociale et même humanitaire guidée par un appétit de chaleur qu’ils tempèrent ici et là par de la climatisation. Et oui, tantôt trop chaud, tantôt trop froid.

Et l’on dit que les frontières sont fermées! Le bain de soleil serait donc un service essentiel?

Surtout, il ne faut pas changer nos habitudes…!

Exiger d’être rapatrier et soigner sans frais en toute connaissance de cause, ça va de soi? Mais pas pour les gens lucides et responsables.

Papa aura-t-il le courage de dire non?

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.