Shanghai 2040, un roman dit d’anticipation sur la Chine

11 janvier 2022

Je viens de parcourir, de traverser ce premier roman de Jean-Louis Roy, Shanghai 2040, roman qui imagine une ascension de la Chine vers un apogée; premier roman qui s’ajoute à une bibliographie élaborée.

On dit ce roman d’anticipation parce qu’y est projetée, comme le révèle le titre, une vision de la Chine en 2040. Mais cette vision est nourrie de l’histoire de cette civilisation chinoise tissée depuis des millénaires, ainsi que d’une vaste connaissance des multiples réalités internationales passées et présentes.

Comme l’écrit le journaliste, Sylvain Sarrazin, l’imaginaire de l’auteur est alimenté par une impressionnante érudition:

«Shanghai 2040, très dense, n’en reste pas moins le fruit d’une véritable érudition sur l’histoire et la culture chinoises, (…).»

Je ne peux présenter le roman mieux que ne le fait Sylvain Sarrazin:

«En 2040, un acte hautement symbolique sonne le glas de la domination occidentale sur l’échiquier international : le siège de l’Organisation des Nations unies est déraciné de New York pour être transplanté à Shanghai. L’apogée d’une double ascension : celle d’un pays géant parvenu à maturité, combinée au parcours sans faute d’une femme «à l’extrême politesse et à l’implacable rudesse» devenue présidente de la Chine. Telles sont les ficelles de Shanghai 2040.»

Cette femme a nom Wei Shu.

«(…) Femme d’exception, la présidente fictive se fraie, de façon aussi implacable qu’impeccable, un passage politique en véritable funambule. (…)».

Et Jean-Louis Roy d’expliquer:

«Ce livre parle de la plus grande bataille de ce siècle, entre l’Occident et la Chine, ainsi que de l’histoire de cette femme et de la bataille politique et économique qu’elle mène. Qui gagnera ? Nous l’ignorons, (…). Mais si la Chine l’emporte, l’une des possibilités est qu’elle réclame, au-delà de l’économie, le respect de son nouveau rôle politique. Le déménagement du siège de l’ONU à Shanghai, symbole de cette nouvelle puissance, montre qu’elle n’est pas simplement musclée économiquement, mais aussi politiquement.»

«(…) Le gouvernement de Chine que j’ai imaginé travaille beaucoup à imposer une nouvelle narration dans laquelle les différents héritages culturels (…) seront pris en compte. (…)».

Jean-Louis Roy ajoute encore:

«que son ouvrage ne constitue ni une analyse ni un reportage.»

Mais il ouvre grands les yeux et l’esprit sur le devenir de notre monde et sur ce qui nous y a conduit

Sources:

SARRAZIN, Sylvain / Shanghai 2040 Une présidente chinoise, un rêve de pouvoir / La presse / 18 avril 2021

ROY, Jean-Louis / Shanghai 2040 / Libre Expression / 248 pages

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.