Robert Lalonde

3 mars 2020

Homme d’une vaste culture littéraire, Robert Lalonde s’exprime comme comédien et écrivain.

Je le fréquente depuis longtemps. Je garde une forte impression de ses romans: Le fou du père et Le diable en personne, entre autres.

Dans tous ses livres (ceux que j’ai lus) la nature est intensément présente et décrite avec émotion. Elle nous est donnée à voir.

Dans un grand nombre d’ouvrages ses amis écrivains sont nommés, cités et sources de réflexions et de commentaires.

Dans Le seul instant, par exemple, nous croisons Arthur Rimbaud, Jean-Jacques Rousseau, Stephen Hawking, Nathaniel Hawthorne, Arthur Schopenhauer, Henry-David Thoreau, Teilhard de Chardin, Stephen Jay Gould, Albert Giacometti, Jean-Paul Riopelle, Marc Chagall, Pierre Bergounioux, Joe Bousquet, Oliver Sacks, Annie Dillard, Pierre Michon, Marcel Proust, Jean Cocteau, pour ne nommer que ceux-là.

La seule pensée qu’un même esprit puisse être pareillement boulimique de lecture, d’écriture dans une vie au quotidien, au théâtre et en nature m’étourdi et me fait envie. Cette vitalité, Robert Lalonde la partage avec ses lecteurs et ses spectateurs, là est la beauté de ses passions.

LALONDE, Robert / Le seul instant / Montréal, Boréal 2011,  114 pages

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *