Replonger dans notre passé social et historique est une nourriture pour la compréhension du présent

5 septembre 2017

C’est une expérience que j’ai vécu cet été à travers trois trop brèves visites : celle des jardins du Séminaire Saint-Sulpice dans le Vieux-Montréal, celle du Monastère des Augustines à Québec et celle des jardins des hospitalières de Saint-Joseph à Montréal, trois lieux traditionnellement non fréquentés par le public, mais trois lieux fondateurs de notre société qui s’est beaucoup transformée mais qui a tendance à oublier, ou à ignorer ce qui l’a façonnée.

Heureuse initiative que de nous permettre de reprendre contact avec des institutions à qui l’on reproche beaucoup de choses en négligeant d’apprécier et de célébrer leurs contributions.

Le Québec serait-il ce qu’il est sans ces bâtisseurs sociaux?

À quelque époque que l’on soit, l’humain n’a pas été, n’est pas et ne sera pas parfait, mais il a réalisé, réalise encore et réalisera de grandes et bonnes choses. En revisitant l’histoire, c’est un constat qu’il faut prendre en compte pour évaluer et apprécier les faits et les contributions au lieu de ne souligner que les zones d’ombre.

Au niveau du respect du patrimoine, j’ai été impressionnée par le travail effectué au Monastère des Augustines de Québec. Mais je suis plus inquiète ou préoccupée par la situation à Montréal. Je n’ai pas eu l’impression qu’une vision d’ensemble présidait au devenir du patrimoine du séminaire de Saint-Sulpice et de l’immense ensemble des Hospitalières de Saint-Joseph. Bien sûr ce ne sont que des intuitions. Il faut espérer que les gens de vision sauront se faire entendre et que leurs voix, leurs idées et leurs projets l’emporteront sur la spéculation immobilière trop souvent dévorante et à courte vue, lorsqu’il y en a une. Ouvrons grands nos yeux et notre mémoire pour faire la somme de nos expériences et poursuivre vers le meilleur.

Puissions-nous être de plus en plus nombreux à nous intéresser à ce qui a fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui et à désirer que nos prédécesseurs soient connus et respectés à travers leurs contributions et leurs legs..

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *