Réminiscence

16 octobre 2016

En août 2013 j’étais de la croisière Montréal / Iles-de-la-Madeleine / Montréal.

À bord, diverses activités étaient proposées dont un atelier d’écriture. Je m’y suis présentée même si je n’avais pas avec moi mes outils adaptés pour écrire et me relire.

De retour à Montréal, j’ai fait parvenir ma contribution à l’animatrice de l’atelier, Madame Dominique Damien, contribution que j’ai présentée comme suit :

« Jacques Pilon m’a fait suivre le courriel que vous lui avez acheminé à la suite de notre participation à votre atelier d’écriture sur le bateau.  Par la suite j’ai visité votre blogue.

Je ne vous ai pas soumis un texte spontané parce que je n’avais pas avec moi mes outils d’écriture en braille au moment de l’atelier.  Mais j’ai pensé vous acheminer un texte que j’ai écrit à la suite de la découverte d’une oeuvre d’art, une sculpture de Camille Claudel au musée Rodin de Paris, oeuvre qui m’a très profondément interpelée. (Lettre à Camille)

La non-voyance fait peur et, probablement en grande partie à cause de cela, elle gomme tout dans l’esprit des gens qui n’osent réfléchir sur l’existence des autres sens, de leur potentiel perceptuel, de la sensibilité, de l’imagination, de l’intelligence, de la concentration, de l’intériorisation, etc. dont chaque non-voyant, être humain parmi d’autres, est doué.

Je ne vous demande pas de publier ce texte. Je vous le soumets pour témoigner de la valeur inestimable de l’accès à l’art même pour une non-voyante. »  (Nicole Trudeau)

Et voici en quels termes Madame Dominique Damien a réagi :

« C’est un plaisir pour moi de lire votre message et ensuite votre texte qui suit.  Je ne peux dire que Woww!!

C’est une belle leçon pour les gens qui se disent normaux.  Vous avez su voir et nous partager l’intensité de l’oeuvre et la façon dont vous l’avez perçue.  Je vous remercie sincèrement pour ce partage. Je garderai en mémoire le jour où j’ai fait votre connaissance lors de cet atelier d’écriture. Vous m’avez offert un cadeau inestimable par votre participation et aujourd’hui par votre texte.  Merci infiniment… » (Dominique Damien)

Pourquoi raviver ces échanges?

Sans doute pour me convaincre et convaincre d’autres que notre présence dans la différence peut enrichir les autres, même si elle les dérange souvent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *