Quelle enfance!

5 octobre 2021

«En vérité, l’insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n’a été que seconde. Car avant de m’insurger contre le monde de mon enfance, c’est le monde de mon enfance qui s’est insurgé contre moi. Je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre.»

C’est en ces termes que Édouard Louis, l’auteur, décrit son livre : Pour en finir avec Eddy Bellegueule, son premier roman.

Tout au long de cette lecture, je recevais ce texte comme un récit biographique et non comme un roman. Impossible de dégager ce qui tient de l’imaginaire de ce qui raconte les faits. De toute manière, la mémoire peut-elle être à ce point fidèle?

Le roman commence ainsi :

«De mon enfance je n’ai aucun souvenir heureux. (…) la souffrance est totalitaire: tout ce qui n’entre pas dans son système, elle le fait disparaître.»

L’enfance racontée est terriblement difficile à absorber. La misère est multiple.

Ce qui est à la fois renversant et sidérant, c’est qu’une enfance aussi rude (et le mot est faible) ait propulsé cet être si blessé vers de grandes études et une carrière littéraire tôt célébrée. Il n’avait que 22 ans (2014) lorsque Pour en finir avec Eddy Bellegueule a été publié.

C’est un parcours fulgurant qui dit, qui démontre  que rien n’est désespéré, que l’être humain a en lui des ressources insoupçonnées. On ne peut tout de même pas ignorer que ce Eddy était né avec de grands dons et qu’il a su saisir une perche pour changer de milieu. On ne peut pas dire non plus que l’humain soit exemplaire: beaucoup de cruauté et de méchanceté nous sont racontées. Les artisans de ces sévices ont peut-être vécu des choses équivalentes. ça n’excuse rien, mais ça peut amener à comprendre.

Il faut avoir le coeur solide pour naviguer dans des ambiances aussi abrutissantes Mais il faut également avoir le coeur solide pour faire face à de telles réalités. Vivants dans des milieux plus protégés, nous nous cantonnons trop souvent dans nos visions sécurisantes de nos normalités en oubliant d’en être reconnaissants.

– —

Pour en savoir plus sur l’auteur:

Louis, Édouard

Source:

LOUIS, Édouard / En finir avec Eddy Bellegueule / Paris: Éditions du Seuil / janvier 2014 / 219 pages

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *