Quand on persévère

12 novembre 2020

Ne pouvant consentir à ne pas rejoindre le concert de l’Orchestre Métropolitain sur internet, concert pour lequel j’avais acheté un billet pour entendre le Requiem de Fauré et découvrir une oeuvre du compositeur canadien Nathaniel Dett : The Chariot Jubilee, j’ai fait de nouvelles tentatives et finalement, l’Orchestre, le coeur et les solistes sont entrés chez moi.

Où était l’erreur (voir le précédent billet)? De mon côté? Du côté des gestionnaires du site que j’ai relancé plusieurs fois? L’important, c’est la solution.

«Lâcher prise», dit-on si souvent. Pas avant d’avoir épuiser les «possibles».

La prise de son de cette diffusion était magnifique. La lecture de la partition d’orchestre était particulièrement intéressante mettant en valeur les lignes mélodiques des diverses sections. J’aurais cependant aimé que le choeur soit un peu moins en retrait.

Un beau concert dont je recommande l’écoute.

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *