Une pensée affectueuse pour un ami qui nous a été enlevé

16 octobre 2016

Je n’ai jamais su si son anniversaire était le 16 ou le 17 octobre. C’était bien ainsi, nous pouvions fêter pendant deux jours.

Claude nous a laissé orphelins de son amitié depuis plus de 13 ans. Et pourtant… il m’est toujours présent.

Une amitié née à Paris pendant nos études en musique. Une amitié qui ne s’est jamais démentie au fil des décennies. Une amitié faite de respect mutuel, d’admiration réciproque, d’amour commun de la musique.

Cette amitié a été un grand cadeau que je chéris toujours et duquel je suis reconnaissante à la vie.

Claude, je t’entends jouer avec passion Schumann, Prokofiev, Chopin, Beethoven et tant d’autres.

Claude, je nous revois exaltés en écoutant pendant des heures les plus grands chanteurs d’opéras et en comparant les interprétations.

Claude, je me rappelle mon sentiment d’incrédulité lorsque, en ta présence et grâce à ton initiative, j’ai appris qu’un studio m’était accessible à la Cité internationale des arts.

Claude, je me souviens d’une lettre en braille que tu m’as écrite alors que je ne savais même pas que tu connaissais cette technique. Maman m’avait fait cette même surprise quelques années plus tôt.

Claude, merci de cette belle amitié.  Ne m’abandonne pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *