«On est tanné»

2 avril 2021

«Je suis tanné», c’est une expression qui teste ma tolérance. Je n’en peux plus de l’entendre parce que, même si elle dit la vérité elle est vaine, stérile et irréaliste.

Je préférerais que ce soit le virus qui soit «tanné», mais ce voeu aussi est irréaliste.

Pourquoi confronter le virus alors que tout le monde sait qu’il vaincra si on le confronte, le provoque et l’attire, si on l’invite à nous visiter par nos comportements provocateurs?

Pourquoi ne pas choisir de l’éviter le plus possible?

Pourquoi ne pas le tenir à distance?

Pourquoi refuser de croire à sa malveillance? Il en fait la démonstration dans le monde entier.

Pourquoi croire qu’il y aurait eu complot? Même si c’était vrai, cela ne change rien à la réalité présente.

Que nous faut-il de plus pour sortir de l’indifférence, de l’obstruction, de la critique et du déni? Se retrouver aux soins intensifs?

La vie est toujours remplie de situations qui nous déplaisent, qui nous dérangent, qui nous révoltent, mais ces situations nous sont très souvent et trop souvent imposées. On a beau crier «je suis tanné», la vie ne nous entend pas, elle ne nous épargne pas, elle attend qu’on s’ajuste. Alors, faisons de même, ajustons-nous en fonction de la situation réelle et non de la situation rêvée.

Lorsque la menace se sera éloignée grâce à notre stratégie, on pourra dire «je suis content, je l’ai tenu à distance.»

Merci de ne plus m’exaspérer avec «je suis tanné» et m’impressionner avec «je collabore».

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.