Un nom qui me propulse vers mon adolescence – François Morel

20 janvier 2018

Je viens d‘apprendre, par la radio, le décès du compositeur québécois François Morel.

Cette nouvelle me ramène à mes années d’études à l’Institut Nazareth où, comme tant d‘autres musiciens professionnels dont

(Clermont Pépin, compositeur, Gilberte Martin, pianiste, Jules Payment, violoniste, Maurice Charbonneau, violoncelliste, Françoise Aubut-Pratte, organiste, Georges Lindzay, organiste, Roger Filiatreau, chanteur, Marthe Létourneau, chanteuse, etc.),

François Morel a enseigné comme professeur invité. Il faisait donc partie de cette belle liste de musiciens qui venaient enrichir la formation de base de nos professeurs réguliers.

François Morel, alors jeune compositeur, m’a ouvert au grand répertoire et à la musique nouvelle. Assoiffée de tout, ces rencontres me nourrissaient, me stimulaient, oxygénaient mes aspirations, me comblaient. Ces moments me demeurent prégnants.

—-

L’Encyclopédie canadienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *