Marc-André Hamelin, un pianiste aux moyens illimités

3 octobre 2018

En écoutant Marc-André Hamelin, je suis  à la fois éblouie et émue. Éblouie, parce que le piano ne semble lui offrir aucun obstacle, aucune difficulté insurmontable. Il est en parfait contrôle de tout ce qu’il désire faire, absolument à l’aise. Émue, parce que toutes les émotions de l’âme humaine transcendent son jeu.

Sa palette sonore est d’une exceptionnelle étendue allant de la dynamique la plus discrète à une puissance presque redoutable.

Sa lecture des partitions est passionnante et d’une intelligence qui me comble.

Il est à la fois un sorcier, un poète et un peintre du piano. J’entends encore les sonorités fines, miroitantes, cristallines et chatoyantes des Images de Debussy, pour ne parler que de cela.

Il nous offre la puissance, la passion, la douceur, la tendresse, la méditation l’abandon et encore…

J’ai entendu un pianiste, un artiste et un homme qui témoigne d’un remarquable équilibre, si je peux me permettre. En tout cas, c’est ce que j’ai ressenti. Et c’est ce qui se prolonge en moi : l’équilibre, la sérénité.

Un immense talent qui donne généreusement et qui fait du bien.

Puisque Marc-André Hamelin a réalisé plus de 70 enregistrements, c’est un pianiste qui peut et doit nous être présent.

En deux semaines, j’ai entendu à Montréal des artistes d‘exception en la personne du pianiste Marc-André Hamelin, de la chanteuse Marie-Nicole Lemieux et des chambristes de l’Orchestre symphonique de Montréal. Notre société regorge de grands talents dont nous devons être très fiers et que nous devons aller entendre le plus souvent possible. Ils ont tellement à partager : le meilleur de l’être humain.

Programme du concert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *