Les solistes de l’OSM en formation de chambre à la salle Bourgie

28 septembre 2018

Depuis quelques années le programme annuel des concerts présentés à la salle Bourgie à Montréal ne cesse de m’impressionner, tant par le nombre d’événements, par la variété des styles que par la qualité des formation, impressionnée au point que je rêverais d’habiter dans son voisinage pour la fréquenter plus souvent.

J’y ai entendu, en septembre, deux concerts d’exceptions: celui de Marie-Nicole Lemieux le 14 et celui des solistes de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) le 28.

C’est l’Octuor de Schubert qui était la pièce maîtresse de cette soirée, formation qui joint au quintette à cordes une clarinette, un basson et un cor. L’équilibre sonore à assurer est un défi car le cor et le basson  risque toujours de le déstabiliser.

L’interprétation m’a conquise par la communion de pensée et de jeu, par l’intelligence des dialogues, la respiration de l’énoncé, la ferveur du discours, l’éventail des climats, entre autres.

L’un des moments forts pour moi a été le début du dernier mouvement de l’oeuvre attaqué dans un climat de mystère et de drame tout à fait envoûtant.

La compagnie Analecta a enregistré l’Octuor de Schubert interprété par les solistes de l’OSM, enregistrement en prévente lors du concert, mais, mon tour venu, le stock en prévente était déjà épuisé. Tant mieux pour les artistes.

—-

Écouter une version du dernier mouvement de l’Octuor de Schubert disponible sur Youtube.

—-

Source :

Salle Bourgie
1339, rue Sherbrooke ouest, Montréal
28 septembre 2018

Les solistes de l’OSM :

Andrew Wan, violon
Olivier Thouin, violon
Victor Fournelle-Blain, alto
Brian Manker, violoncelle
Ali Yazdanfar, contrebasse
Todd Cope, clarinette
Stéphane Lévesque, basson
John Zirbel, cor

PROGRAMME

SCHUBERT
Trio à cordes no 1 en si bémol majeur, D. 471
Octuor pour cordes et vents en fa majeur, D. 803

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *