Le Musée des Beaux-Arts de Montréal « donne à voir »

12 juin 2018

Je rentre de la première visite de l’exposition

D’AFRIQUE AUX AMÉRIQUES
PICASSO EN FACE-À-FACE,
D’HIER À AUJOURD’HUI,

visite qui s’adresse spécifiquement aux visiteurs non-voyants et malvoyants.

Je suis, d’une part, ravie de la façon dont les deux guides nous ont «donné à voir» les œuvres, et, d’autre part, triste que si peu de personnes non-voyantes et malvoyantes en profitent.

Mesdames Ginette Beaulieu et Claire Laramée, guides bénévoles au MBAM très impliquées auprès des visiteurs non-voyants et malvoyants depuis que ces visites ont été mises sur pied en janvier 2015, ont minutieusement préparé et livré en duo un parcours très documenté et des descriptions d’une grande précision appuyées d’objets de référence à explorer tactilement.

À travers un tel engagement de leur part à nous faire découvrir et partager les œuvres visuelles, je ressens un grand respect et une vraie compréhension de notre désir et de nos moyens d’accéder à cette forme d’art. Cette façon de faire et d’être provoque en moi une émotion reconnaissante :  trop souvent les non-voyants sont automatiquement exclus de l’univers du visuel dans lequel ils vivent pourtant; trop souvent  la capacité d’intérioriser l’image n’est même pas considérée.

Évidemment, pour éprouver satisfaction, plaisir et émotion en présence d’une œuvre qui nous est « donnée à voir », il faut développer cette capacité de prise de possession des composantes communiquées et de les imprimer dans notre musée intérieur. Cela requiert curiosité, concentration et plaisir d’entrer en communion avec une œuvre d’art.

J’ai vécu aujourd’hui la conjugaison de ces deux pôles :

des guides pleinement conscients de la réalité des visiteurs non-voyants
des visiteurs non-voyants pleinement disponibles à recevoir les oeuvres offertes.

Oui, les non-voyants peuvent entrer en communion avec l’art visuel, mais il leur faut des «passeurs», «des passeurs» qui croient en eux et prennent le temps et les moyens qui les rejoignent et les touchent.

Merci au Musée des beaux-Arts de Montréal, merci aux guides qui s’impliquent sur cette voie exigente pour eux mais oh! combien appréciée par ceux qui les écoutent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *