Le doute

12 mars 2020

Je me pose souvent la question:

Pourquoi consacrer autant de temps et d’énergie à constituer mon site et à l’alimenter?

C’est Robert Lalonde qui me répond, me rassure et me stimule, lorsqu’il écrit:

«(…) il nous faut parler, ébruiter nos visions, transporter avec nous dans la lumière nos trouvailles, peu importe que les autres croient ou non en nos expériences, nos lubies. Il faut, comme l’écrit Riopelle, donner à voir de telle sorte que celui qui regarde comprenne qu’il est malheureux et illusoire de définir les choses.» (p. 109)

«Sous l’écorce des mots et des concepts, c‘est toujours la réalité vivante de l’inadaptation au monde qui se tient tapie, prête à bondir, écrit Vaneigem». (p. 107)

Source :

LALONDE, Robert / Le seul instant / Montréal, Boréal 2011, 114 pages.

 

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *