J’implose !

9 mars 2020

Lorsque je subis la dictature de Windows, j’implose!

Je m’explique.

Windows est devenu un «grossier personnage virtuel» qui intervient sans égards dans notre univers lorsqu’il décide, sans nous aviser, sans nous consulter, sans tenir compte de nos spécificités, de nous imposer ses mises à jour.

À la suite de son plus récent envahissement dans mon environnement, il a provoqué des dégâts qui m’ont fait imploser, pour ne pas dire, exploser.

J’appelle à l’aide, mais l’un n’intervient pas, l’autre ne sait pas, un autre refuse de collaborer, un autre encore ne retourne pas l’appel.

Il faut non seulement subir, mais trouver cela normal?

    • Le logiciel d’impression braille est hors de service et la compagnie n’a encore rien fait pour m’y donner accès. Pourtant, ce n’est pas un logiciel gratuit…
    • Tous les fichiers dans Dropbox sur deux ordinateurs sont inaccessibles, sans doute à cause de JAWS, logiciel de revue d’écran qui n’est sans doute pas arrimé aux composantes de l’environnement.
    • Un important document sur lequel je travaille depuis des mois n’est plus accessible, etc, etc.

Je me retrouve démunie, sans outils et sans ressources. Je craque…!

Insidieusement, travaillant quotidiennement avec des outils, on leur fait confiance. Et vlan, ils disparaissent avec le contenu. C’est la panique, le désespoir du travail investi en pure perte. C’est comme un vol.

Oui, j’ai une sauvegarde automatique. Mais ça ne répare pas tout.

Bien sûr, je ne suis pas assez prudente au quotidien en multipliant les stockages.

Bien sûr, je permets aux nouvelles technologies de me rendre dépendante de leurs outils qui nous sont tellement vantés, cependant,  j’ai le droit de protester et de dénoncer l’arrogance de leurs modes d’intervention. Je crie sans doute dans le désert et j’espère n’être pas la seule. Si l’on ne fait pas connaître nos problèmes, nous n’en verrons jamais les solutions. Pourquoi les institutions spécialisées qui utilisent et recommandent des logiciels de créneaux et aussi ceux qui les conçoivent ne sont pas davantage proactifs auprès de Windows? Cela devrait faire partie intégrante de la démarche d’adaptation.

Je m’acharne individuellement à maîtriser les outils proposés qui sont neutralisés, pour ne pas dire bulldozés lors des grands ménages de Windows.

Merci d’entendre et surtout de comprendre ce billet d’humeur né d’un geyser d’émotions. Je me suis sentie sabordée et aussi révoltée quand j’entends les intervenants spécialisés répéter: «on n’a pas le choix de faire les mises à jour». Je crois qu’on a le choix et même le devoir, la responsabilité de faire connaître les problèmes, les dommages et les dégâts engendrés et de faire pression pour que les choses s’améliorent. Les individus et les institutions devraient se concerter pour se faire entendre auprès des Windows de ce monde.

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *