Je persiste et signe

3 janvier 2019

Je parle, j’écris, mais Ici RDI est sourde.

Encore une fois 24-60 présente, vendredi, le 3 janvier 2019, une interview en anglais sans traduction simultanée. Je l’ai dénoncé sur ce blogue le 16 juillet  2017 et le 30 décembre 2018 ainsi qu’auprès de la société Radio Canada et à l’attention de Anne-Marie  Dusseau. Aucun accusé de réception personnalisé n’a suivi, un simple message automatique a été généré.

Quand, sur une chaîne anglophone de Radio Canada, entendons-nous une interview en français sans traduction simultanée?

Pourquoi ce double standard?

Parce que nous, les francophones, nous sommes de seconde classe si nous ne nous soumettons pas à subir l’anglais avec grâce sur une chaîne francophone, alors qu’il ne faut surtout pas imposer la situation inverse sur une chaîne anglophone.

Être multilingue, c’est à valoriser pour tout individu, mais ne pas être respecté par une institution dont l’objectif est de desservir les francophones, cela ne doit pas et ne devrait pas être ni pratiqué, ni accepté.

Pourquoi sommes-nous si mous, si tolérants dans le mauvais sens du terme. Nous avons peur de nous faire reprocher que nous ne parlons pas anglais au lieu d’exiger le service pour lequel nous contribuons?

Oui, je suis indignée et j’aimerais bien que cela serve à quelque chose. Je suis tentée de dire que le complexe perdure… et que certaines institutions en profitent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *