Il pleuvait des oiseaux

2 février 2020

J’ai d’abord vu le film, Il pleuvait des oiseaux, puis, j’ai lu le livre de Jocelyne Saucier.

Les empreintes du film qui m’habitent encore sont, entre autres, l’infinie douceur de la relation intime entre Marie Desneiges et Charlie et la qualité de la prise de son qui nous rend si présent la nature dont le bruit de l’eau.

La lecture m’a révélé la photographe avec plus de complexité et d’intensité. Je m’y suis davantage attachée.

L’auteure décrit de façon impressionnante Les grands feux (pp.67-85. De véritables tableaux, ainsi que les tableaux de Boychuck (pp.113-121 et p. 173 (dernier paragraphe), entre autres.

Étonnamment, ce livre habité par la mort et par beaucoup de malheurs, dit aussi la beauté, la poésie, la tendresse, la solidarité et le réalisme de la condition humaine.

Références:

Saucier, Jocelyne / Il pleuvait des oiseaux / Montréal,  Éditions XYZ, 2011, 101 pages.

Archambault, Louise , cinéaste / Il pleuvait des oiseaux /  Mot de la cinéaste extrait du dossier de presse du film fourni par MK2 / Mile End

 Mot de la cinéaste

«La première fois que j’ai lu le roman « Il pleuvait des oiseaux » de Jocelyne Saucier, j’ai été envoutée par cet univers singulier. D’abord, l’écriture de Jocelyne est très cinématographique: on les voit ces cabanes d’ermites cachées dans les bois denses d’Abitibi, ces lacs sombres voilés de brume; on sent l’odeur de la forêt humide, du lichen, et du poêle à bois; on est dans le quotidien de ces vieux ermites, ridés et alertes, au vécu chargé et multiple, et on est captivé par Gertrude, cette nouvelle venue de 80 ans qui apporte un étonnant vent de fraicheur malgré son passé cloisonné dans la folie. Après la lecture, ces personnages rustres, mûrs, au parcours inhabituel, m’habitaient complètement, m’emplissaient le coeur et l’âme. D’une façon simple, ils racontent quelque chose de grand. Il pleuvait des oiseaux dépeint un univers original, visuel, sensoriel et cinématographique, avec des personnages riches et atypiques. C’est une ode à la vie et à l’amour, au sujet universel, qui ouvre le regard sur l’Autre, sur la différence. C’est pourquoi j’ai le désir d’en faire un film empreint d’espoir et de grâce.»

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *