Étrange question

17 décembre 2021

«Est-ce que les gens vont suivre?»

Entend-on dans les médias à la suite de la conférence de presse annonçant de nouvelles restrictions à cause de la revitalisation de la pandémie.

Étrange question, car si je me soumets à ces restrictions, ce n’est pas pour suivre le Gouvernement mais essentiellement pour me protéger. Si je suis malade, est-ce que j’irai davantage au restaurant, au spectacle, dans les party? Est-ce que le Gouvernement cherche absolument à contrarier et à frustrer le citoyen, à nuire à l’économie?

Je trouve la question entendue dans les médias tendancieuse, sous-entendant que le Gouvernement serait le maléfique de la situation.

En fait, la prétendue résistance de la population à suivre les directives s’explique plutôt, je crois, par une révolte contre la réalité sanitaire qui nous frappe et face à laquelle nous nous rebellons, nous ne voulons pas y croire. Alors, nous nous rabattons sur un bouc émissaire : le Gouvernement. Et s’il ne faisait rien, s’il était indifférent à cette réalité sanitaire, le bouc émissaire serait encore le Gouvernement.

Le drame ici, c’est que si chacun ne fait pas sa part, si on refuse la réalité, la situation continuera de se détériorer.

Ce qui me dérange ici, ce sont les commentaires trop souvent tendancieux des animateurs et journalistes de qui je m’attendrais à plus de nuances et d’équilibre. Ils n’ont pas à courtiser ni les politiciens, ni la population.

  «Est-ce que les gens vont suivre?»

Ils n’ont pas à suivre, bien renseignés, ils doivent être lucides et faire face à la dure réalité.

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.