Un coup de cœur – retour sur un livre en neuf billets

2 janvier 2018

Premier billet : Présentation, En quatrième de couverture, Préface.

Présentation :

Il y a des moments dans la vie où la lecture d’un ouvrage rejoint à point nommé un état d’accueil particulier. Il y a, avec les livres comme avec les personnes, des croisements privilégiés. Tel fut le cas avec Changer d’altitude, Quelques solutions pour mieux vivre sa vie de Bertrand Piccard. Cette lecture a constitué une rencontre d’exception pour moi. J’en ai fait une deuxième lecture (qui ne sera sans doute pas la dernière) et je ressens le besoin de partager les richesses de cet ouvrage. Comme je ne peux m’approprier le livre, je me suis constituée un carnet de citations qui me garde en contact au quotidien avec le riche contenu de ce livre. Ce sont des extraits de ce carnet que je vous offre sachant bien qu’il touchera différemment d’éventuels lecteurs dont vous serez peut-être.

Je vous présente donc ces concentrés en respectant l’organisation du livre. Comme il contient plus de 300 pages découpées en plusieurs grandes thématiques, je vous livrerai ma cueillette en plusieurs billets.

En quatrième de couverture :

Je ne saurais mieux résumer ce livre que ne le fait l’éditeur en quatrième de couverture.

« Pris dans les turbulences de la vie, nous cherchons tous notre chemin vers la réussite, l’équilibre, le bonheur, la sagesse. Mais développons-nous les bons outils pour y parvenir? Bertrand Piccard combine ses expériences d’explorateur  et de médecin-psychiatre, spécialisé en hypnose, pour nous proposer des solutions originales, déconcertantes parfois, à mettre en pratique. Dans ce livre accessible à tous, il prend le parti de la curiosité et de la remise en question pour aborder sous un angle concret des thèmes comme la peur de l’inconnu, les crises de l’existence, les relations humaines, la spiritualité. Comment utiliser les doutes et les points d’interrogation pour stimuler notre performance, découvrir les bienfaits de l’hypnose, tirer profit des épreuves et dépasser la souffrance, élargir notre compréhension de l’existence? Faisant confiance à la faculté d’évolution de son lecteur, l’auteur chemine à ses côtés sur le sentier du « mieux-être ». Avec soi, avec les autres, avec le monde. Et délivre quelques clés pour démontrer que l’on peut faire autrement dans sa vie, y compris dans le secret de nos consciences, au plus profond de nos âmes. »

 Préface :

 C’est Mathieu Ricard qui signe la préface de ce livre, préface dans laquelle il relève, entre autres, que « Bertrand nous rappelle (…) que vouloir que le présent soit autre chose que ce qu’il est constitue l’une des plus grandes causes de frustration dans l’existence. » (p. 13)

Il y a dans cette simple mais dense phrase matière à réflexion et à transformation.

 Il en va de même des citations suivantes :

« Notre esprit peut être notre meilleur ami comme notre pire ennemi, et la qualité de chaque instant qui passe est étroitement liée à notre façon d’interpréter le monde. Quoi qu’il arrive, nous avons la possibilité de faire différemment l’expérience des choses et de transformer la façon dont nous traduisons les circonstances extérieures en bien-être ou en mal-être. » (p. 13)

 « (…) notre contrôle des conditions extérieures est limité, éphémère, et le plus souvent illusoire. » (p. 14)

J’aurais aimé intégrer plus tôt cette réalité au lieu de m’accrocher, comme je l’ai fait, à ce dicton que répétait mon père : « Quant on veut, on peut ». J’ai douloureusement compris tard que ce mentra n’était pas un absolu.

 « La vie (…) est remplie de ces situations que nous ne pouvons pas changer et pourtant nous avons appris à les combattre plutôt qu’à les utiliser à notre avantage. « (p. 14)

 « Il est important de ne pas laisser l’anxiété et le découragement envahir notre esprit ». (p. 14)

Voilà un conseil qui peut paraître banal (peut-être parce que difficile à pratiquer).

 « La souffrance peut être un extraordinaire enseignement, à même de nous faire prendre conscience du caractère superficiel de nombre de nos préoccupations habituelles, du passage irréversible du temps, de notre propre fragilité, et surtout de ce qui compte vraiment au plus profond de nous-mêmes. » (p. 15)

 « À quoi bon tant te tourmenter pour ce qui n’existe plus et pour ce qui n’existe pas encore. (…) La liberté intérieure permet de savourer la simplicité limpide du moment présent, libre du passé et affranchi du futur. Se libérer de l’envahissement des souvenirs du passé (…). S’affranchir de l’appréhension à l’égard du futur (…) » (p. 17),

Quel programme de tous les instants!

1/9

—-

PICCARD, Bertrand, Changer d’altitude Quelques solutions pour mieux vivre sa vie, Stock, Paris, 2014, 301 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *