Bibliothèque vivante

21 novembre 2019

Je n’aurais jamais imaginé jouer le rôle d’un livre vivant dans le cadre d’une bibliothèque vivante avant d’y être invitée par Bibliothèque et archives nationales du Québec.

«Une bibliothèque vivante, ce sont des gens qui livrent une partie de leur vécu à une autre personne, lecteur ou lectrice, dans une conversation riche et intime d’une vingtaine de minutes.»

«En plus d’être un forum idéal pour bâtir des ponts entre les citoyens, la bibliothèque vivante:

        • Sensibilise les participants aux réalités diverses de leurs concitoyens;
        • Favorise les interactions interpersonnelles dans un environnement sûr et rassurant;
        • Donne l’occasion à des usagers seuls de briser l’isolement en discutant de sujets variés avec des livres vivants;
        • Offre tant aux livres vivants qu’aux lecteurs maîtrisant peu le français l’occasion de converser dans cette langue.»

C’est donc le 5 décembre prochain que je serai à la BANQ, pour quelques heures, un livre vivant que les visiteurs pourront feuilleter. La dimension dynamique du livre vivant permet au lecteur d’interroger le livre et de l’entendre répondre.

«...Les lecteurs qui s’aventurent dans la bibliothèque humaine sont invités à prendre connaissance de l’histoire de la personne qu’ils «empruntent» afin d’en tirer des apprentissages de la vie»

 —

Bref historique:

«Organisée pour la première fois au Danemark en 2000 (…), la bibliothèque vivante est un concept qui a été repris par plus de 600 organisations à travers le monde, dont plusieurs au Québec. En effet, dès 2007, la bibliothèque Gabrielle-Roy à Québec offre l’une des premières bibliothèques vivantes au Canada. (…). À la Grande Bibliothèque, BANQ offre depuis 2017 à ses usagers la possibilité d’expérimenter une bibliothèque vivante. (…) L’objectif central de cette activité est d’offrir un espace de dialogue permettant de déconstruire les préjugés et de bâtir des ponts entre les personnes. Il s’agit d’une opportunité pour tous de s’expliquer, de se raconter et de s’éduquer. (…)   En favorisant le dialogue avec une personne qu’on ne connait pas, l’expérience permet de façon originale et sympathique de déconstruire les préjugés que nous entretenons les uns envers les autres.»

Bienvenue à la BANQ jeudi, le 5 décembre 2019 entre 16 et 19 h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *