30 mai 2018

Il y a 25 ans, soit en 1993, la ville de Saint-Lambert initiait le projet d’un boisé des citoyens. La ville proposait aux citoyens d’acheter un arbre pour une somme symbolique et de le planter sur un terrain situé entre l’autoroute 132 et la rue Riverside à Saint-Lambert, dans le voisinage immédiat du Cégep Champlain.

25 ans plus tard, je suis retournée dans cet espace que la ville de Saint-Lambert semble avoir abandonné ou duquel elle s’est désintéressée.

Le lieu est identifié, mais impossible de retrouver les traces personnalisées des arbres plantés par les citoyens.

J’aurais aimé voir et toucher le chêne que j’avais offert à ma mère, par exemple (Yvette Bouthillier Trudeau), symbole de sa force et de sa fierté.

J’aurais aimé retrouver l’érable qu’une amie française, Luce Pomerat, a choisi de planter en hommage à sa terre d‘accueil.

J’aurais aimé reprendre contact avec beaucoup d’autres arbres choisis par moi-même, par des parents, amis et concitoyens.

Ce boisé est longé par une courte rue nommée Étienne-Truteau, du nom de l’aïeul de tous les Trudeau d’Amérique.

Dommage que ce lieu de mémoire ne reçoive pas le soin qu’il mérite et que le geste de plantation citoyenne n’ait pas été perpétué, alors que le discours environnemental peut laisser croire que la réalité est autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *